AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les chroniques des rats voraces sont arrivées !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Mar 14 Sep 2010, 10:02

Le commencement de l’alliance


Cette histoire débute quelques années après la prise du pouvoir du roi Toric. Celui-ci prend alors une décision des plus surprenantes. En effet, il a choisi de quitter ses terres pour aller s’installer sur de nouvelles terres, on les appelle les terres enflammées.

Toric, digne roi qu’il est, ne pouvait pas s’installer seul sur des terres hostiles. Il invita alors des compagnons de quêtes à le rejoindre. C’est ainsi que les seigneurs Sylap, Osuperneune, Znuki, Ynaëlle, Bretons et Helkar le rejoignirent. Le but de cette expédition : tué, pillé, saccagé, prospéré, être craint par tous les habitants de ces terres et recevoir les faveurs d’Asha.

L’installation se fit avec difficulté, les terres ne semblaient pas propices à l’implantation d’un château, toutefois Toric ne souhaitait pas un autre endroit où installé le château de Blue Orchid. Ses alliés, quant à eux, décidèrent de s’installer tout autour de lui, afin de le protéger au maximum contre toutes attaques éventuelles. C’est ainsi que débuta l’implantation des rats voraces. Les rebelles contrôlant les différentes zones furent éliminés tour à tour. Les seigneurs s’occupaient d’améliorer leur demeure et de perfectionner la production de leurs mines.

C’est alors qu’eut lieu le premier conseil de l’alliance. Toric, fier des traditions de ses ancêtres, décida de mener cette première réunion selon ses coutumes.

Le lieu du rendez-vous se situait à l’entrée d’une grotte, le soleil commençait à se coucher. Il nous fit entrer tour à tour, il portait un accoutrement primitif et une masse énorme. En guise d’éclairage, il y avait des torches accrochées aux parois de la grotte. Le trône du roi était composé de crânes et autres squelettes humanoïdes. Les six vassaux se tenaient assis en cercle devant son trône, certains étaient inquiets par cet étrange lieu de rendez-vous et des coutumes du roi. Toric frappa avec sa masse sur un gong pour signifier le début de la réunion.

La première affaire, qui fut traitée ce soir-là, était les postes de responsable à pourvoir au sein de l’alliance. Les débats furent alors animés, Znuki postula pour le poste de chef militaire, Sylap pour celui de chef des services d’espionnage et Helkar pour devenir chef du commerce. Des postes secondaires furent alors mis en place pour donner des responsabilités à un autre plus important de seigneurs. C’est ainsi qu’Osuperneune devint le recruteur de l’alliance. Ynaëlle et Bretons décidèrent de rester protecteur du roi. C’est ainsi que se termina la répartition des rôles de l’alliance, hélas il restait de nombreux rôles à distribuer.

A ce stade de l’histoire, une modeste présentation des membres devient obligatoire.

Commençons par le roi, bien évidemment, Toric est le fils d’Enkor et est donc l’héritier du royaume des rats voraces. C’est un homme robuste, barbare, il aime la chasse comme son père. On dit de lui qu’il a une grande ressemblance avec Ronge-Moelle, son ancêtre. Lors de son enfance, on le surprit parfois à dévorer des animaux crus. Il est plutôt chanceux, ne connaît pas trop l’art de la guerre, ses talents de chasseurs lui permettent de s’enrichir en revendant des peaux rares à de riches marchants. Au cours d’une quête, il a retrouvé la masse légendaire de Ronge-Moelle, depuis il ne s’en sépare jamais et chaque serviteur le décevant aura l’honneur de tester sa réputation avant de périr.

Sylap est un guerrier expérimenté ayant connu maintes guerres, il en porte d’ailleurs de nombreuses cicatrices, qu’il aime montrer à ses fidèles, lorsqu’il raconte ses exploits dans son château. Il porte un goût prononcé pour l’eau de feu, ses récits deviennent alors des plus comiques, je vous souhaite de l’écouter un de ses jours en sa demeure. Toutefois, son expérience sera précieuse pour les guerres à venir. Il est un des bras droit du roi, fidèle à ses principes, de nature enjouée et de bonne vie. On pourrait dire qu’il est, sur certains points, le contraire du roi. Des rumeurs disent aussi qu’il espionne pour le compte du roi les sujets, mais ce n’est qu’une rumeur…

Znuki est donc devenu le chef militaire des rats voraces. Cependant, il est avant tout un passionné de magie, c’est pourquoi il a rejoint les rangs des académiciens, il est d’ailleurs honoré de s’être fait accepté par ces derniers. Il aime passer du temps dans ses guildes de magie afin d’apprendre de nouveaux sorts et de nouvelles combinaisons dans le but d’écraser au mieux ses ennemis. Il travaille beaucoup à l’élaboration de nouvelles créatures avec ses ingénieurs gremlins, car il trouve les siennes trop faible pour satisfaire ses ambitions. D’après des discussions que j’ai eues avec des paysans habitant une région avoisinant son palais, il parait qu’il enlève des bonnes gens pour faire des expériences sur eux. Il ne faut pourtant pas porter l’oreille sur tout ce que l’on raconte, ce n’est que des commérages après tout. Il passe le reste de son temps sur des traités de stratégie militaire. C’est donc une personne très occupée, à ne déranger qu’en extrême urgence.

Helkar est devenu le chef du commerce un peu par défaut, en effet, la règle de base est de lui donner de la lecture pour éviter qu’il dérange les autres seigneurs. Lorsqu’il ne lit pas les rapports de commerce dont il a l’impression qu’il se ressemble tous, il étudie les arts nécromants. C’est un être vil et fourbe, il ne vaut mieux pas trainer près de ses terres trop longtemps, enfin ce qu’il en reste. Toutefois, il est loyal au roi Toric, ils ont les mêmes idéaux. Helkar aime se repaître de ses victimes. La guerre est, pour lui, une forme de chasse, même s’il n’y comprend pas grand-chose. Une autre de ses passions est de conter les récits glorieux, c’est pourquoi il fut nommé conteur de la cour.

Osuperneune ou plus communément Ô super neuneu est un vrai guerrier. Il est d’une stature imposante, il est aussi intelligent qu’un paladin ou que du destrier, cela dépend des points de vue. Il est arrogant, n’a rien d’un preux chevalier, sa règle principale en combat est : « plus ils sont moins en face, plus ca va être facile pour nous. » sa méthode favorite pour recruter une personne est : « soit tu viens avec nous, soit je te pourris la vie jusqu’à ce que tu me supplies d’arrêter. » Allez savoir pourquoi, il attire toutes les filles à la taverne, surement grâce à sa chevelure blonde et sa belle gueule qu’il entretient régulièrement, je me demande d’ailleurs comment il fait pour n’avoir reçu aucune égratignure au visage au cours de ses combats. Comme vous le comprendrez, il exaspère ses compagnons, en particulier les nécromanciens.

Bretons est un être étrange, il vient de contrées lointaines. Il est fier de ses traditions. Il communique peu avec son entourage, probablement la barrière de la langue. C’est un nécromancien qui est venu en grande partie sur ces terres pour prospérer. Il a prospéré en premier temps dans la revente des cadavres, comme il ne souhaite pas franchement les réanimer, il m’est arrivé de lui en racheter pour me nourrir, ainsi que mes fidèles. Tous les moyens sont bons pour s’enrichir.

Ynaëlle, mystérieuse archiliche et d’une beauté glaciale, nous est apparue il y a quelques années de cela au cours d’une quête d’une cité secrète. Elle semblait un peu perdue, et elle nous accompagna de bonne grâce. Osuperneune, qui m’accompagnait alors, tenta de la séduire, ce fut la première fois que je le vis se prendre une telle claque, heureusement qu’elle ne lui a pas jeté un sort… des batailles ont eu lieu pour moins que ça. Malgré cela, elle ne fut pas fâchée et donc nous accompagne depuis lors dans de nombreuses quêtes. Son humeur peut varier de jour en jour, intrépide aujourd’hui, paresseuse le lendemain, économiste la veille. Elle n’aime pas voire un ennemi se développer tranquillement. D’ailleurs, une visite d’une archiliche ne se refuse, c’est un privilège. Elle a, en outre, pu prospérer grâce à son trafic d’esclaves, entendez « prisonniers de guerres ».


Ainsi, les sept seigneurs continuèrent le conseil en abordant le thème suivant : les affaires étrangères.

Nos regards se portèrent tout d’abord sur une petite alliance frontalière composée de trois membres, les paix éternels. Avec un nom pareil, les rats voraces ne peuvent pas s’allier avec eux. Mon regard se porta sur le nom des membres la composant : Infanus, Suziwan… ces noms ne me disent rien et Marsakh. Ce nom me disait donc quelque chose. Pendant que les autres discutaient sur la manière qu’ils allaient leur faire rejoindre l’éternel, je fouillais dans ma mémoire. Voilà, j’ai trouvé ! J’ai servi sous ses ordres lors d’une campagne des années auparavant. J’en suis ressorti, par ailleurs, vaincu. Cet homme est donc digne de confiance, je discutais donc avec ardeur de ses mérites. Après quelques minutes de discussions, le gong retentit. Toric s’approcha et me dit : « je vais te faire confiance, mais si cet homme me déçoit, tu recevras cette masse sur le crâne. »

La deuxième alliance nous préoccupant était les barbares. Curieusement, ils nous ont envoyé un pacte de non agression. Plusieurs seigneurs se montrèrent méfiants envers cette alliance, dont Osuperneune, l’instinct du guerrier qu’il nous disait. L’attitude qui fut retenu et « on se développe puis on les castre. »

Pour finir sur ce thème, l’alliance des francs tireurs fut évoquée. Elle était plus éloignée que les précédentes et ne semblait pas poser trop de problème à notre volonté d’expansion, la faiblesse de leurs membres faisait rire les guerriers les plus aguerris. Néanmoins, le roi décida de leur envoyé un traité de paix. Personne n’osa désapprouver la solution, la menace de la masse faisait déjà son effet…

La réunion se conclue par un discours du roi sur l’importance de notre développement, de ses projets d’expansion. Un discours des plus passionnants que je ne retranscrirais pas ici, car je ne peux pas prendre le risque qu’un espion du pacte lise ces lignes et prenne ainsi connaissance de nos intentions.Ou alors, je ne l’ai pas franchement écouté…


To be continued ... A suivre pour les snail eaters !


Dernière édition par Helkar le Jeu 23 Sep 2010, 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Mar 14 Sep 2010, 10:06

L’expansion d’une culture (part one)


Dans l’épisode précédent, nous avons laissé nos héros au cours d’une sombre réunion. Ne vous inquiétez pas, vous n’avez rien raté. Le meilleur est à venir (enfin, je suis bien obligé de dire cela pour attirer les lecteurs…).

Différentes stratégies étaient alors établies, l’échiquier était en place, les rôles attribués. La partie pouvait alors commencer.
L’histoire reprend ainsi en pleine négociation entre le seigneur Infanus et le roi Toric quelques jours après la réunion morbide.


Infanus entra dans salle royale du château de Blue Orchid. Il semblait ébahi par la splendeur des lieux, par le nombre de trophées de chasse qui ornait les murs. Certaines des créatures exposaient lui étaient inconnues. De nombreuses peaux de bêtes servaient de tapis. Le trône, sur lequel se trouvait le roi, était couvert de peaux de bêtes. Toric tenait sa masse à portée de main, comme un signe de prévention, tout abus de langage serait punis. A la vue de cette masse, Infanus se montra craintif sur les chances de succès de son entrevue.

En effet, celui-ci avait, dans un premier temps, pour but de refuser l’honnête offre du roi qui souhaitait accueillir lui et ses seigneurs au sein du royaume. Infanus trouvait l’offre aux premiers abords insensés, cet homme, voulant se faire passer pour un roi, n’était qu’un prétentieux, un brigand parmi tant d’autres, qui ont attrapé la folie des grandeurs !

Cependant, en entrant dans ce château, il sentit qu’il s’était trompé sur toute la ligne. Les négociations allaient être plus difficiles que prévues. Perdu dans ses pensées, il fut soudain surpris par le claquement de la porte d’entrée. Sur le seuil se tenaient les seigneurs Znuki et Sylap. Helkar, quant à lui, était déjà installé à une table avec devant lui une tonne de documents, il semblait prendre des notes, Infanus ne l’avait même pas remarqué en entrant. Znuki et Sylap se placèrent respectivement à la gauche et à la droite du roi.

L’entretien pouvait alors commencé. Toric prit alors la parole :

« Ô vénérable seigneur Infanus, brave guide des paix éternels, je vous ai demandé de venir en ce lieu pour vous faire part de nos intentions à votre égard et par conséquent à vos seigneurs. Après une réunion menée avec mes vassaux, nous décidâmes d’être courtois à votre égard. En tant que roi des rats voraces, je ne peux me permettre de laisser des personnes de votre espèce à nos frontières. Je perdrais ainsi toute crédibilité. Toutefois, vos terres nous intéressent et nous ne voulons pas d’un bain de sang pour régler cette affaire. D’autres projets sont en vus pour le moment. Je vous laisse donc réfléchir à cette offre. »

Infanus prit le temps de répondre, la situation était en sa défaveur. Ses hommes étaient en sous effectif, il ne tiendrait pas longtemps sous les assauts répétés de ces hommes. Pourtant, il était répugné à l’idée de rejoindre de tels hommes. Il eut soudain une idée.

« Si j’accepte votre offre, ce sera sous certaines conditions. Tout d’abord, un rapprochement entre nos deux territoires. Ensuite, que mes deux autres seigneurs puissent accepter ou refuser d’eux-mêmes votre offre. Pour terminer, vous m’offrez la position de chef militaire en échange. »

Toric regarda alors lourdement Helkar qui essayait de se faire de plus en plus petit. Le seigneur Marsakh avait intérêt à en valoir la peine, sinon il y en a un qui passera un très mauvais quart d’heure.

« Ainsi soit-il, j’accepte vos conditions. »

Sur ces mots, Znuki se leva d’un bond et quitta la salle. Au moment de partir, Toric lui dit :

« Mon brave Znuki, si tu peux prévenir les seigneurs Suziwan et Marsakh de venir, je vais avoir à leur parler, à moins que tu nous quittais pour cette raison. Reviens avec eux après, je vais devoir m’entretenir avec toi. »

« Comme vous le voudrez, monseigneur. » Fit l’ancien chef militaire, fou de rage.

Infanus semblait jubilé devant cette scène… mais rira bien qui rira le dernier, comme on dit de par chez nous.

Une heure plus tard, Znuki revint avec les seigneurs Suziwan et Marsakh qui attendaient pendant tout ce temps à une salle de réception du château.

« Il est quand même grand ce château, se dit Znuki, il faudrait que je pense à un système d’invocation des invités directement dans la salle royale, ça m’éviterait de faire tout ce chemin… »

« Que dis-tu ? » Demanda Toric, qui voyait Znuki débarquait en ruminant.

« Je divaguais mon roi, répondit-il embarrassé, je vous présente la seigneur Suziwan et le seigneur Marsakh. Je les ai mis au courant de l’entrevue avec Infanus. Ils viennent prêter serment d’allégeance. »

Ainsi, les trois seigneurs firent allégeance au roi des rats voraces, ce qui m’y un terme à l’alliance d’utopiste des paix éternels. Il n’y eut aucune perte, mais on était passé pas loin d’un drame.

Les affaires ne semblaient pas encore terminées. Infanus fut renvoyé en son château, des affaires de gestions ne pouvaient pas attendre.

Un poste vacant au sein de l’alliance fut proposé à Suziwan, elle le refusa poliment. Toric lui énuméra les grandes ambitions de l’alliance, elle écouta toujours si poliment, à vrai dire le seigneur Sylap et moi-même furent étonnés. On a pris l’habitude de s’endormir à partir de la seconde phrase et voilà une demi-heure qu’il n’arrête pas de parler et elle écoute toujours, cela devient scandaleux !

D’ailleurs, le roi sembla remarquer cet assoupissement, et frappa un grand coup sur la table de Helkar.

« Tu as encore du boulot ! Éructa-t-il. Je ne t’ai pas nommé chef du commerce pour que tu puisses faire des siestes. »

« A vos ordres, mon roi » fit Helkar, coupable.

« Monseigneur, entreprit Suziwan, des affaires personnelles m’attendent en mon château. Je demande donc l’autorisation de vous quitter. »

« Ah, euh… Oui, bien sur. Le développement est la clé de la victoire. » Répondit Toric, un rien surpris.

Suziwan partit toute guillerette en son château pour s’occuper de ses dites affaires.

Le roi paraissait alors songeur, drôle de personne pour un tel lieu. Znuki et Sylap paraissaient effarés par ce qu’il venait d’entrevoir.
Il ne restait plus que le cas Marsakh, qui lui s’amusait de la situation. Cela faisait des lustres qu’il ne s’était pas autant amusé.

Le roi se tourna vers lui, son sourire se figea.

« Quelque chose vous dérange, sir Marsakh ? Car si c’est le cas, dites le nous tout de suite, je me chargerais de régler ce différent. » Fit Toric en ramassant sa masse et en se levant de son trône.

Marsakh reprit soudainement ses esprits.

« Non, monseigneur, je réfléchissais à ma présence en ce lieu uniquement. »

« Soit, il y a une personne qui m’a beaucoup parlé de vous. J’ai donc entrepris toute cette mascarade dans le but que vous nous rejoigniez. Vos talents nous seront très utiles. »

« Mon roi, puis-je savoir qui est ladite personne ? »

« Bien sur, c’est la chose qui est derrière la pile de feuille. » Fit Toric, en montrant une pile de papiers.

« Veuillez m’excuser, mais je ne connais pas cette personne. »

« Bien sur que si tu t’en souviens, c’était des années auparavant sur les terres de l’apocalypse. Intervint Helkar. Tu t’es servi de mon domaine pour l’expansion de tes terres et tu y as retenu toute la gloire des exploits que j’ai mené avec l’aide des seigneurs Kahalka et Sunfall. »

« Ah, d’accord, ça y est, je m’en souviens. C’est vrai que j’en ai pas mal profité là bas… »

C’est ainsi que Marsakh nous narra tous ses exploits sur les terres de l’apocalypse. La grandeur de son territoire, l’alliance qu’il a menée entre les grands seigneurs de ces terres.

A la lueur qui brillait dans les yeux de Toric, je compris que le coup de masse ne serait pas pour cette fois. Du coup, Toric lui proposa les postes d’ambassadeur et de stratège qu’il accepta avec dignité.

Toric congédia l’ambassadeur. Il ne restait plus qu’à régler le problème Znuki qui venait de perdre son unique poste et la dure journée serait ter. Toric pensa qu’il manquait encore un stratège pour servir au mieux les intérêts de son royaume. Znuki accepta volontiers, trop heureux d’avoir à nouveau des responsabilités.

Ainsi, trois nouveaux seigneurs avaient rejoints le royaume.
Il serait alors de bon ton de présenter ces personnages plus en profondeur.

Infanus, le tout nouveau chef militaire, est un homme ayant de la suite dans ses idées, comme on a pu le remarquer dans la scène précédente. Toutefois, il ne sera resté chef militaire qu’une courte période. C’est décidément la poisse. En effet deux à trois semaines après son arrivée, il fut envoyé en mission, une routine. Celle-ci aurait dû durer trois semaines et on l’attend toujours, aucune nouvelle de lui. On le surnomme « le disparu de Saint-Agil », c’est le nom du lieu où il devait se rendre. Il m’est donc difficile de faire une présentation digne de ce nom.

Je passe ensuite à Suziwan, elle est en quelque sorte l’énigme du royaume. Lors des réunions entres officiers, dès que son nom est prononcé, la confusion règne. Certains se demandent ce qu’elle peut bien faire avec les rats voraces, c’est en quelque sorte : la belle et les bêtes (mis à part Ynaëlle, n’exagérons rien). De nature joviale, courtoise, elle est la lady du royaume. Au grand dam d’Osuperneune, des boniments de vieilles femmes racontent que son cœur est déjà pris. Serait-ce là les raisons de ces humeurs ? Malgré tout, les apparences sont parfois trompeuses. Je me baladais, comme à mon habitude avec mon escorte d’apparition aux limites du royaume et à ma plus grande surprise, je vis la dame Suziwan en armure charger avec ses paladins un pauvre seigneur qui n’avait rien demandé. Un frisson me parcourut l’échine, finalement, lady Suziwan aime le goût du sang.

L’ambassadeur est un nécromant comme on aimerait en voir plus souvent. Il sait à la fois se battre, mener de nombreuses armées à la guerre, est un redoutable magicien et, surtout, il a un art de persuasion bien plus élevé que nous tous rassemblés. C’est l'Ulysse de notre temps. Ses mots peuvent frapper plus fort que la légendaire masse du roi. Mais, arrêtons de vanter ses mérites, car il n’a point que des qualités. Je me souviens d’un jour où il se fit voler des mines par Mr Nécron (un démon qui apparaîtra dans une prochaine chronique), il fut terriblement contrarié par cet imprévu, le pauvre démon, on ne l’a pas revu depuis. Il apprécie, par ailleurs, de recevoir tous les honneurs, même si tous les mérites ne lui reviennent pas. On dit, ici et là, qu’il a pour ambition de renverser le pouvoir mis en place pour y instaurer une dictature, mais c’est un secret de polichinelle.


Ainsi se termina la longue journée du roi. Une banale journée parmi tant d’autres, mais c’est à ce moment là qu’on se dit qu’il est dur d’être un roi de nos jours.

Dans la deuxième partie de ce chapitre, vous verrez le recrutement rondement mené par sieur Osuperneune et une autre journée en compagnie du roi.

_________________


Dernière édition par Helkar le Jeu 23 Sep 2010, 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Mar 14 Sep 2010, 10:09

L’expansion d’une culture (part two)


Dans sa quête de nouveaux serviteurs, le roi Toric fit appelle à son unique recruteur, mais pas n’importe qui, le brave Osuperneune. La journée commença par un bref briefing au château de Blue Orchid.

Une dure journée en perspective, non pas pour le roi, mais pour Osuperneune.

« Mon cher Osuperneune, je fais appel à tes services, car j’ai une tâche qui nécessite tes talents. Tu vas devoir te rendre à la taverne des milles tourments. Je sais bien que c’est un endroit où tu n’aimes pas aller, mais j’ai besoin de ta sobriété. Je ne peux pas charger Sylap, Helkar et Znuki à cause de leur penchant pour la boisson. Rappelles toi de l’état dans lequel ils étaient après notre première réunion. Ils ont voulu fêter leur promotion, donc les tonneaux d’eau de feu en ont pris un sacré coup, enfin eux aussi... Je ne peux pas non plus confier cette tâche à Ynaëlle, elle risque à la première parole déplacée d’un ivrogne ravager la taverne. Je ne peux pas non plus y aller, ma présence en ce lieu en pleine journée aurait tendance à ressurgir négativement sur mon autorité. Il n’y a que toi pour remplir cette mission, d’ailleurs tu es censé être mon recruteur. Je compte sur toi. »

« J’essaierais de faire de mon mieux, mon roi. » Lui répondit Osuperneune, dépité.

Il partit rejoindre la taverne des milles tourments. Ce devait être une des premières fois qu’il éprouvait un regret de quitter la demeure royale.
Quelques heures plus tard, il arriva enfin à la taverne. On peut dire qu’il ne s’est pas pressé le bougre, car il m’est arrivé un jour de compter que je pouvais mettre pour me rendre à cette taverne, qui il faut le dire est la seule digne de réputation de la région, je mis donc moins d’une heure et demi pour m’y rendre, enfin bref, c’est une autre histoire.

L’humeur de notre fier guerrier n’avait pas changé d’un poil. Elle avait même empirée, car en chemin, il rencontra une jolie demoiselle, et elle l’ignora superbement lorsqu’il lui sortit sa technique de drague préférée. Il n’apprit que son nom, Suziwan. Bizarrement, elle lui était inconnue, alors qu’elle portait les couleurs du roi. Encore un mystère de plus à résoudre, un recruteur qui n’est pas au courant des nouvelles recrues, on aura tout vu.

C’est ainsi qu’après avoir mis son magnifique destrier à l’écurie, il entra dans la taverne. Il fut accueilli à bras ouvert par Bertrand, le tavernier… drôle de nom.

« Quelle surprise ! Mon client préféré qui vient me rendre visite. » Dit Bertrand en lui secouant affectueusement la tête.

Il présenta aux rares clients le nouvel entrant, ceux-ci jetèrent un bref regard et retournèrent à leur occupation, enfin, encore faut-il qu’ils en aient une. C’était que des pochetrons, aucune chance qu’ils puissent servir un jour la cause du royaume. Osuperneune les ignora, car s’il y a une chose qui le dégoûte, ceux sont bien les ivrognes.

Osuperneune énonça au tavernier les raisons de sa venue. Il parut déçu, il avait pensé en un premier temps à une simple visite de courtoisie. Osuperneune faillit lui rire au nez et lui dire à quel point, il préfèrerait se tenir le plus loin possible de cette maudite auberge. Mais il se retint se souvenant de la mission qu’il est chargé d’accomplir, et surtout de la punition en cas d’échec.

Le tavernier installa Osuperneune à une table de manière à voir les nouveaux arrivants. Il lui apporta un lait de chèvre en guise d’apéritif.
Il y eut un premier entrant, vu son accoutrement, il devait être un membre des barbares. Inutile de l’aborder, en plus celui-ci se dirigea en direction d’un des ivrognes, à y regarder de plus près, ils avaient les mêmes vêtements. Décidément, il serait temps qu’ils se mettent à piller leur voisin. Ils trouveront peut-être de quoi se vêtir plus convenablement.

Alors qu’il jugeait les barbares, un homme entra. Enfin à la couleur de ses cheveux et l’entretien, on aurait pu croire à un humain, mais c’était un nécromant. Il jeta un regard méprisant aux barbares, qui se soulaient d’hydromel. Osuperneune l’invita à rejoindre sa table. Celui-ci, en voyant un homme d’une telle tenue en ce lieu, accepta volontiers son invitation.

L’invité se présenta. Son nom est Leblond, quelle originalité… Il vit sur les terres des barbares qui, en ce moment même, encerclent ses terres. Ça ne l’empêche pas de pouvoir sortir à sa guise, on passe sans aucuns soucis, car ils passent le plus clair de leur temps à la taverne. En dehors des promenades, il aime entretenir sa coiffure avec un soin particulier. Il ne supporte pas l’alcool, comme tous blonds qui se respectent. Il est un peu comme Osuperneune, sauf qu’il est passé dans un état de mort-vivant.

Le recruteur lui expliqua les raisons de sa présence et lui proposa de rendre visite au roi Toric pour lui prêter serment d’allégeance, car il ne pouvait pas s’en sortir seul face aux barbares. Il accepta judicieusement cette offre.

Soudain, ils furent surpris par le claquement de la porte d’entrée. Sur le seuil se tenaient un démon et un humain. Une drôle d’association. Osuperneune remercia Leblond et fit signe aux deux nouveaux arrivants d’approcher. Ils paraissaient méfiants. Il leur offrit donc un verre afin de dissiper cette méfiance. L’inverse du résultat escompté se produit. Leur méfiance s’accrut. Cet étranger leur voulait-il du mal ? Même à deux, ils ne pouvaient pas espérer une victoire face à une telle brute.

C’est alors que le seigneur Znuki entra dans la taverne.

« Tiens Osuperneune, qu’est-ce-que tu fous ici ? Tu t’es trompé de chemin ? Oh, c’est sympa tu t’es occupé de mes amis. C’est gentil de ta part, j’ai parlé d’eux au roi Toric et il a donné son accord pour qu’ils puissent s’installer sur nos terres, on va donc boire un coup pour fêter ça. Je ne te propose pas de venir. Au faite, je te présente Mr Nécron (c’est le démon, pas évident à deviner avec un nom pareil) et l’humain, c’est Letriumvir. Il s’est appelé comme ça, car il pense qu’il y a trois personnes dans sa tête pour le diriger… Ne cherches surtout pas à comprendre, c’est un effet secondaire de l’absinthe. Bon allez, on te laisse. Tu fais quoi au faite ? »

« Toric m’a chargé d’une mission. Je dois recruter toutes les personnes valables qui passent par ici. » Répondit Osuperneune, écœuré.

« Ici, tu risques pas de trouver beaucoup de monde. »

« Tu m’étonnes… » Souffla-t-il, en regardant Znuki.

Znuki le regarda suspicieusement en rejoignant sa table avec ses deux compagnons.

L’heure du diner arriva, heureusement toutes ces con… ces affaires l’avaient affamé. A signaler qu’un lait de chèvre avant un repas, c’est vraiment de mauvais goût.

Passons donc ce repas, car il n’y avait pas grand-chose d’intéressant à raconter. Les trois assoiffés avaient quitté la taverne. Bon débarras, pensa Osuperneune, ça lui laisserait un peu le champ libre pour cueillir de nouvelles recrues.

Un mort vivant entra dans la salle, chose étrange, il portait un unique gant de couleur dorée à la main droite. Il parla avec un accent qu’Osuperneune n’avait jamais entendu auparavant. Il devait venir des terres du sud.

L’étranger refusa disant qu’il était pressé, qu’il avait des affaires urgentes à régler et qu’il venait juste acheter une bouteille d’un alcool fort anisé pour le motiver. Osuperneune ne se déconcerta pas et alla de but en blanc, soit il écoutait sa proposition, soit il avait intérêt de quitter ces terres, car il allait se faire ravager par la sainte colère d’Osuperneune et ses fidèles archanges. L’étranger lui tendit alors sa main gantée.

« Mon nom est Gandor, je t’écoute. »

Osuperneune résuma la situation. A peine eut-il fini que Gandor était déjà parti en direction du château du roi.

Au moins, cette affaire se régla très vite, ce qui n’est pas pour déplaire à Osuperneune qui commençait à en avoir ras le bol de cette mission et du tavernier qui ne pouvait s’empêcher d’aller l’emmerder dès qu’il en avait l’occasion.

Il y eut deux nouveaux entrants, un académicien d’un âge avancé et un jeune paladin. Osuperneune s’intéressa au magicien, c’était la première fois qu’il croisait une personne aussi âgée, l’espérance de vie est faible sur ces terres. On ne peut survivre bien longtemps.

Cet homme devait être un grand combattant ou diplomate. Le roi serait heureux d’avoir comme sujet une telle personne. Alors que le magicien commanda un verre de vin au tavernier, Osuperneune lui fit signe de le servir à sa table et qu’il se serve sur sa tournée par la même occasion. Ça lui fera un peu de calme, le tavernier lui fut ravi de boire un bon verre.

Le magicien fut étonné de cette invitation, mais l’accepta. Une bonne discussion le divertirait quelque peu. Les deux hommes se présentèrent tour à tour.

L’académicien s’appelait Sorlon, ou Sorlon l’ancien, magicien d’expérience ayant connu maintes guerres, il est arrivé sur ces contrées par hasard. Son palais ayant dérivé au cours d’une terrible tempête, et il avait oublié de mettre ses sorts de protection. C’est un peu le problème lorsqu’on prend de l’âge, on oublie certaines choses, parfois vitales. Mais bon, être ici ou ailleurs n’avait pas l’air de le déranger plus que ça. Tant qu’il y a des ennemis à combattre, une bonne taverne et de jolies esclaves, c’est qu’il est finalement tombé sur un endroit confortable et que la chance était avec lui. La fortune allait enfin lui sourire.

Osuperneune lui parla alors d’un roi qui souhaitait avoir de nouveaux sujets pour augmenter l’étendue de son territoire.

Il accepta l’offre. Toutes les affaires semblaient réussir au seigneur. Il laissa Sorlon à sa dégustation, il fut d’ailleurs rejoint par le tavernier. Ces deux là se connaissaient depuis longtemps à première vue.

Le recruteur des rats voraces se concentra sur le jeune paladin. Il donnait l’impression d’être rentrée dans l’ordre depuis peu et qu’il venait ici pour fêter son admission. Il buvait tranquillement une bière au comptoir. Osuperneune voulut le rejoindre lorsque entrèrent Sylap, Helkar et Toric. Que pouvait bien faire ce dernier ici.

« Salutation recruteur, alors ca avance bien depuis ce matin ? Ne t’occupes surtout pas de nous, on vient juste boire quelques verres à la table royale. » S’enthousiasma Toric.

« Salut, avec Sylap, on a enfin terminé de lire nos rapports, la journée est terminée. On vient boire des remontants à la santé du roi. » Ajouta Helkar.

« Un tonneau d’eau de feu ! » Réclama Sylap au tavernier.

« Ben voyons… » Maugréa Osuperneune.

C’est alors qu’ils aperçurent le jeune paladin au comptoir. Sylap l’attrapa au passage et l’amena à la table.

« Tu t’appelles comment, petit ? »

« Vimaxtor. » Répondit-il inquiet par la tournure que prenait les évènements.

« Hé bien, je te présente le roi des rats voraces, Toric et le crétin que tu vois là est Helkar, c’est lui qui dirige le commerce du royaume. Fais pas de magouilles, payes tes impôts et tout ira bien pour toi. Enfin, seulement si tu veux nous rejoindre. »

« D’acc…. D’accord. » Balbutia-t-il.

« Voilà qui est réglé, à votre santé messieurs ! »

Ainsi, sous un soleil couchant, Osuperneune repartit sur son fidèle destrier vers sa demeure.

La soirée dans la taverne ne sera pas consignée dans ces chroniques (il faut bien sur respecter le PEGI 7+). A noter, tout de même, que Helkar dut porter Vimaxtor sur tout le trajet, car il ne pouvait plus marcher et dès le lendemain, il fut charger de sa formation.

Une autre journée s’achève parmi les rats voraces, et les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer.


Dernière édition par Helkar le Jeu 23 Sep 2010, 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Mar 14 Sep 2010, 10:11

L’invasion barbare (ou l’inverse…)

A noter, avant de commencer, que deux autres guerriers nous ont rejoints en cours de route : le revenant Akhalangrar et l’inquisiteur Dark Fonx.

L’heure était venue à la guerre, les seigneurs des rats voraces commençaient à s’impatienter. Après tant de promesses du roi, le sang devait couler.


Une assemblée se tenait alors dans la salle du trône où tous les seigneurs des rats voraces étaient réunis.

« Mes seigneurs, je vous ai réuni en ce jour pour vous faire part de mon intention d’enrayer la menace venue du nord-est. Les barbares sont venus ici que dans un seul but : détruire notre glorieux royaume. Ils se cachent derrière un traité de paix, mais en secret, ils préparent une armée pour envahir nos terres. On ne peut accepter une telle traîtrise, c’est pourquoi je vous demande de rassembler vos armées et marcher au devant de cette menace ! » Déclara le roi.

« Mon roi, avant tout, il nous faut mettre en place une tactique. Il ne serait pas très sage de donner une chance aux barbares de s’en sortir. » Répliqua le stratège Znuki.

« Il n’y aura pas d’aube pour les barbares, mes rapports sont formels. » Se contenta de dire Sylap.

« Nos recrues n’attendent que votre ordre pour passer à l’action, mon roi. Certains commencent à douter de vos belles paroles. » Avoua Osuperneune.

« La meilleure tactique à adopter serait d’envoyer des armées assiégeant leurs cités, puis d’envoyer des armées pour piller leurs terres. Il se retrouverait alors sans ressource, on n’aura plus qu’à les écraser. Quelques armées resteront en retrait afin de défendre notre territoire contre toutes contre-attaques des barbares ou d’un ennemi souhaitant profiter de la situation. » Proposa le stratège et ambassadeur Marsakh.

« Je me propose, pour des raisons logistiques de rester à défendre le territoire. De plus, j’ai une affaire d’escroquerie à résoudre… » Intervint Helkar.

« Lâche… » Insinua Osuperneune.

« Moi ! Je ne te permets pas de déclarer une telle bêtise, sale blondinet. » S’empourpra Helkar.

« Hé, mais c’est moi Leblond, alors si tu as quelque chose à me dire, tu me le dis en face ! » S’énerva Leblond.

« On se calme ! Leblond garde tes forces pour les barbares tu en auras besoin. Helkar, en effet, tu vas rester au royaume. Tu as de la paperasse en retard en plus. Seigneur Sylap, envoyez vos espions sur le champ. Je veux les rapports demain matin au plus tard, car à l’aube nous partirons en guerre. »

« Ô roi des rats voraces, j’aurais une requête à vous soumettre. J’aimerais en effet que vous me confier la charge d’assiéger quelques unes de leurs cités pour m’y installer. Un climat plus frais me conviendrait beaucoup mieux. » Tenta l’archiliche Ynaëlle.

« Requête accordée. Je vous laisse aller faire vos préparatifs. Demain, rendez vous à l’aube devant le palais de Znukryl. Vous pouvez disposer. Sauf toi Gouik, j’ai à te parler. »

« Bien maître, euh mon roi. »

« Seigneur Marsakh, j’ai une mission à vous confier. »

Toric s’entretint à l’écart avec l’ambassadeur pendant une dizaine de minutes. Puis il partit lui aussi.

Ainsi se termina l’assemblée, les seigneurs pouvaient alors retourner à leurs préparatifs ou simplement affuter leurs lames. Seul Helkar resta au château, d’une part pour terminer de signer les rapports en retard et pour expliquer cette histoire d’escroquerie qui ressemblait plus à une tentative pour se défiler.

Le lendemain, près de Znukryl, le palais de Znuki. Toric observait les forces qui se réunissaient. Des liches, des revenants, des paladins, des inquisiteurs etc.… Il regarda le ciel, une colonne de nuages se dressait à l’horizon, bon signe. Colonne de nuages le jour, de feu la nuit. Les seigneurs avaient mis leur tenu de combat, des armures lourdes pour les humains, à part Toric qui avait juste mis une peau de bête. Tandis que les nécromanciens et les académiciens avaient gardé leurs parures habituelles.

« Stratège, faites moi un compte rendu des forces en présence. »
« Les seigneurs Osuperneune, Ynaëlle, Sylap et Bretons nous ont rejoints. Le seigneur Leblond est déjà sur le front. Il m’étonne de voir le seigneur Gouik et le seigneur Marsakh manque à l’appel. »

« Ne vous inquiétez pas pour le seigneur Marsakh, il est en mission pour le moment. Le seigneur Helkar a tenu à assister à notre départ, il m’a dit qu’une promenade lui ferait du bien. Apparemment, il a travaillé toute la nuit sur ses rapports. » Admit Toric.

« On attend plus que votre ordre pour partir, mon roi. » S’enquit Osuperneune.

« Bien, nos forces devraient suffire, toujours aucunes nouvelles du général Infanus ? » Demanda Toric.

« Rien, nous avons mêmes envoyé des messages aux alliances voisines, aucune réponse. Il a peut être été capturé. »

« Maudite quête ! Tant pis pour lui. Il n’y a pas de place pour les faibles en ces heures sombres. Nous partons en guerre. Nous installerons notre campement à quelques lieues de leur première cité.» Annonça le roi.

« A bientôt ! Revenez victorieux ou les pieds devant. Un échec vous déshonorerait. »

C’est de cette manière que sir Helkar les salua, lorsque l’armée se mit en marche vers le nord-est.

Dix heures plus tard au campement. Les soldats se pressaient pour terminer les préparatifs. Les seigneurs étaient dans la tente royale pour recevoir les derniers ordres.

« Osuperneune, tu vas assiéger la cité de Malchaos. Quant à toi Ynaëlle, tu vas diviser tes forces, puis les envoyer assiéger Khartus et Nécromancia. Pendant ce temps, Sylap, Toric, Bretons et moi, on va lancer des attaques punitives et des pillages sur leur territoire. La nuit sera longue. N’hésitez pas à mettre à sac les cités, mais ne détruisez pas les bâtiments si vous comptez vous y installer. Des questions ? » Demanda Znuki.

« Une heure de rendez-vous pour un rapport des attaques ? » Demanda Bretons.

« On se rejoint vers 23h au campement, en espérant qu’Osuperneune et Ynaëlle seront sur le point de capturer les cités ciblées. Bonne chance à vous ! »

Les seigneurs rejoignirent leur troupe. Le camp se vida peu à peu des troupes restèrent en réserve au cas où la résistance serait plus importante que prévue.

Quatre heures se passèrent. Znuki arriva le premier au campement. Sa mission s’était bien passée, il a pu piller sans rencontrer une grande résistance. Soit les barbares préparent un piège à l’un d’entre nous, soit ils sont encore à la taverne et ils n’ont pas été mis au courant de notre attaque. Znuki était pensif, les autres seigneurs étaient en retard. Soudain, il eut une sombre pensée : eh si c’était le roi leur cible, lui est-il arrivé un malheur ?

Bretons arriva avec de bonnes nouvelles. Tout d’abord, ses attaques ont réussies les troupes ennemies étaient en fuites. Ensuite, l’encerclement que subissait Leblond était brisé. Pour finir, en revenant au camp, il a pu croiser un messager d’Ynaëlle, Khartus était tombé et l’attaque sur Nécromancia va être lancée dans l’heure à venir. Par contre aucune nouvelle de Toric, Sylap et Osuperneune. Cette remarque inquiéta particulièrement Znuki.

Une demi-heure se passa et toujours pas de signe de vie des trois seigneurs. Znuki faisait les cent pas, son angoisse ne cessait de grimper plus les minutes passaient. C’est alors qu’un rire se fit entendre. Les seigneurs Bretons et Znuki sortirent en vitesse pour voir ce qui se tramait en-dehors. Le spectacle qui leur fut offert était des plus réjouissants. En effet, ils virent les seigneurs Sylap et Osuperneune encadrant le roi, qui tenait la tête de Malchaos, le chef des barbares. Znuki fut soulagé.

Les barbares battaient en retraite, la cité de Malchaos était tombée. Les autres cités furent très rapidement désertées, même l’armée de Nécromancia s’était enfuie. Ainsi la guerre contre les barbares se termina. Au final, les rats passèrent plus de temps à la préparation de cette guerre qu’à la réalisation. Cet assaut permit tout de même d’expérimenter les seigneurs des rats voraces, nos voisins étaient prévenus : il ne faut pas provoquer le roi Toric.


Dernière édition par Helkar le Jeu 23 Sep 2010, 13:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Mar 21 Sep 2010, 16:46

La quête secrète du seigneur Marsakh


Les rats voraces avaient mis fin, dans un bain de sang, à la sordide existence des barbares. Une guerre qui ne dura qu’une journée, mais que cette journée fut belle pour le royaume. Les armées rentrèrent victorieuses et se préparèrent à un splendide banquet.

Toutefois, pour une meilleure compréhension de cet épisode, il m’est nécessaire de revenir quelques jours en arrière. Plus précisément, lors de l’assemblée, au moment de l’entretien entre Marsakh et le roi.


« Seigneur Marsakh, j’ai une mission à vous confier. »

L’ambassadeur s’approcha du roi, qui lui fit signe de venir avec lui à l’écart des oreilles indiscrètes.

« J’ai besoin de vos qualités d’ambassadeur pour cette mission, et je ne peux la confier à Osuperneune. Cela tournerait au désastre et je vais avoir une autre mission à lui confier après cette guerre. Je vais donc vous expliquer l’objectif.

Il y a un démon qui vit au nord-ouest de nos terres, il se nomme Félonia. J’ai envoyé des espions sur ses terres. Ses troupes se déplacent quotidiennement pour attaquer et piller l’alliance voisine, les dragoon. A lui seul, il arrive à leur tenir tête. Je suis en admiration devant tant de courage, je souhaite donc qu’il intègre nos rangs. J’ai donc envoyé un émissaire, puis un autre, mais ils ne sont jamais revenus. Je n’ai plus le choix, il me faut vous confier cette quête. Si mes sujets apprennent que je suis faible par rapport à un démon, ils ne vont plus me faire confiance. Cela va finir en rébellion. »

« Vos dires me semblent justes. Je vais de suite voir par moi-même ce démon. » Annonça Marsakh.

Sur ces mots, il partit en direction du nord.

Quelques jours après la victoire des rats voraces, au château du roi.

Les officiers et le roi se tenaient à la salle des cartes depuis tôt, ce matin. L’ambassadeur Marsakh n’était toujours pas rentré de sa mission et aucun message n’a été reçu par Toric depuis le départ. Il faisait les cent pas, terriblement inquiet à l’idée de perdre son brillant ambassadeur.

Sylap, Znuki et Osuperneune discutaient des mouvements des troupes aux frontières du royaume. Znuki se montra dubitatif par rapport aux actions du démoniaque Félonia sur les dragoon. Sa guerre ne pouvait pas durer éternellement, les dragoon allaient le frapper un jour ou l’autre et il ne pourra s’en relever. Il serait dommage de perdre un tel guerrier. Une grande alliance, le pacte, se tenait à la frontière des dragoon, ils étaient pris entre le marteau et l’enclume. Il n’y avait donc pas d’autre choix que de leur déclarer la guerre.

Au sud-ouest, une alliance alliée au pacte pouvait devenir une menace, mais le désert séparait le royaume des rats de cette maudite alliance. Il n’y avait rien à craindre de leur part pour le moment.

Des rapports des éclaireurs, envoyés à la frontière est du royaume, attirèrent l’attention des officiers. Un humain se battait contre les Ydraggsil, une secte aux méthodes occultes vénérant un dieu ancien. Il se défendait par ses propres moyens et arrivait même à gagner du terrain. Un de leur membre se trouvait en mauvaise posture à l’heure actuelle. Les officiers prévinrent le roi et proposèrent d’envoyer Osuperneune le recruter. Toric répondit qu’il était en train d’y réfléchir, mais que la distance séparant les deux frontières le préoccuper. Un autre problème qu’il fallait régler.
Finalement, le roi se décida et envoya Osuperneune délivrer la proposition du roi au brave Hugh2.

Quelques minutes après, Helkar entra dans la salle avec des nouvelles du seigneur Marsakh. Des paysans l’ont vu récemment sur le chemin du retour et il se dirigeait vers Blue Orchid. Il serait au château dans quelques heures. Le roi parût retrouver des couleurs. Il devenait, en effet, de plus en plus livide au fil des heures.

Toric écourta alors la réunion et se rendit à la salle royale pour l’audience. Les officiers restants le suivirent.

L’ambassadeur arriva dans l’après-midi. Il avait l’air épuisé. Le roi le remarqua aussitôt. Il demanda donc à Marsakh de raconter brièvement les évènements depuis son départ du château. Il ordonna à un de ses esclaves d’apporter un fauteuil pour le seigneur. Il donnait l’impression qu’il allait s’écrouler avant de pouvoir terminer son discours. Une fois assis, il commença son récit.

« Il y a cinq jours de cela, je suis partit pour le nord afin de parlementer avec Felonia, comme vous me l’avez demandé. J’ai rejoint sa cité le lendemain. Je fus fort effrayé en arrivant en ce lieu, je n’avais jamais rien vu de tel auparavant. Des convois d’esclaves arrivaient de toutes parts, des succubes les escortaient en les frappant régulièrement avec leur fouet. Des cris retentissaient des geôles, les salles de tortures étaient couvertes de sang. Des démons faisaient subir aux prisonniers des sévices dont je n’ose même pas mentionner. C’est en tremblant que j’arrivais à la porte de sa forteresse. Des diables gardaient la porte. Je ne pensais qu’à une seule chose, finir cette mission au plus vite et quitter le plus vite possible cet endroit maudit.
C’est alors que je le vis, il chevauchait un destrier de cauchemar. Il portait une armure de plaques, avec de larges épaulières et un casque à corne. Des flammes l’entouraient, donnant le sentiment qu’il venait des enfers. Il vint jusqu’à moi, je me sentais défaillir. Il me demanda ce que je faisais ici. Sa voix était des plus terrifiantes, elle semblait venir de toutes les directions et elle résonnait dans ma tête. Je souffrais énormément à chacune de ses interventions. Je lui expliquais rapidement les raisons de ma visite. Dès que j’eus terminé, il me rit au nez, se moquant ouvertement de notre royaume, déclarant que notre roi n’était qu’un prétentieux. Malgré cela, il me força à rester dans sa demeure. Il avait une attaque à mener et il s’occuperait de moi plus tard. Il partit alors avec toute une colonne de démons cornus chevauchant des montures des enfers.

Des diables m’emmenèrent alors dans des appartements. Je ne pus vous envoyer de messages, j’étais comme prisonnier. Jamais de ma vie, je n’ai ressenti un tel sentiment d’impuissance. Des cris de terreur, de souffrance résonnaient sans arrêt dans la cité, il est impossible d’y trouver le repos. Je ne dormis pas de la nuit. Il faisait travailler ses esclaves nuit et jour sans relâches. On ne m’accorda même pas un repas.

Il revint le lendemain à la tête de son armée triomphale. L’ennemi avait été écrasé à n’en pas douter. Il m’invita dans ses quartiers, et me posa une simple question : pourquoi un guerrier comme lui devrait rejoindre un si faible royaume ? Je pris mon temps pour lui donner une réponse, il était dur de me concentrer à cause des hurlements et de la fatigue. Je lui dis alors que s’il recherchait la gloire, il lui faudrait de puissants alliés pour l’aider à accomplir sa tâche, que de nombreuses guerres seraient menés dans les mois à venir par le roi Toric, apportant la fortune et du sang, que les dragoon ne seraient qu’une petite goutte dans ce qui allait suivre, qu’une destinée plus grande attendait les rats voraces, et mon roi avait besoin de seigneur tel que ce démon pour mener ses armées sur le champ de bataille. Il ne me donna pas de réponse. Il réfléchissait à mes propos. Il me quitta et je n’eus aucune nouvelle de lui durant la journée. On m’avait de nouveau enfermé dans mes appartements.

Ce fut alors une nouvelle nuit sans sommeil, j’avais le sentiment qu’à chaque fois où j’étais sur le point de m’assoupir un hurlement d’un prisonnier se faisait plus fort afin de m’en empêcher. Mes nerfs allaient bientôt me lâcher. Encore une journée de plus, et s’en était fini de moi.

Au matin, des gardes m’emmenèrent de bonne heure voir le seigneur Felonia. Il m’annonça que sa décision était prise et qu’il acceptait l’offre de mon roi. Apparemment, la guerre avec les dragoon commençait à lui coûter cher. Il devait surement avoir besoin d’aide, tout démon qu’il est, il ne peut être invincible. Il m’accorda un léger repas et me renvoya de sa demeure. Je peux dire que j’en étais ravi.

C’est ainsi que ma mission s’est terminée avec un certain succès. »

« Et je vous en félicite seigneur Marsakh, vous pouvez aller prendre un repos mérité. Je vais me dispenser de vos services durant quelques jours, le temps que vous recouvriez des forces. » Déclara Toric, le sourire aux lèvres.

Le stratège Znuki et le chef des renseignements Sylap prirent congé de leur roi pour aller s’occuper d’affaires nécessitant leur attention.

Le seigneur Helkar, quant à lui, rédigeait des manuscrits et signait les rapports journaliers qu’un scribe lui donnait.

Le roi se permit un repos de quelques heures.

Plusieurs heures se passèrent lorsque des nouvelles du héraut Osuperneune arrivèrent par le biais d’un messager. Celui-ci transmit les informations à l’intendant du royaume, comme le roi était absent. Une fois qu’il prit connaissance du message, il ordonna à un serviteur d’aller chercher le roi.
Une demi-heure passa et le roi arriva enfin. Il semblait furieux d’avoir été réveillé. D’ailleurs, il n’y avait plus de trace du serviteur. Il s’est surement déchaîné sur ce pauvre homme. Helkar lut la lettre à Toric. Au cours de la lecture, il se calmait de plus en plus. En arrivant à la fin, il avait retrouvé la bonne humeur du début d’après-midi.

La mission d’Osuperneune avait, tout d’abord, failli mal tourner. Le seigneur Hugh avait d’abord cru à une attaque par derrière des Ydraggsil. Il avait donc mené son armée à sa rencontre. Lorsqu’il le vit chevauchant seul, la première réaction, qu’il eut, fut de frapper son espion pour ses sordides rapports. Puis il chevaucha seul jusqu’au héraut qui se tenait à une bonne distance de son armée. Il serait dommage d’avoir fait tout ce chemin pour prendre une flèche.
Le héraut lui demanda ce qu’il venait faire par ici avec son armée, car il n’était pas venu tout seul pour attaquer son territoire. Il parut gêné par cette remarque et répondit qu’il ne s’agissait que d’un simple exercice et les hommes qu’il voyait n’étaient que sa garde personnelle, son armée était en ce moment même en pleine bataille. Il reprenait de son assurance au fil de son discours et demanda alors ce que venait faire Osuperneune si loin de ses terres, car il n’avait pas de temps à perdre en discussion. Le héraut lui répondit que son roi lui avait confié une affaire. Le but étant de vous rallier à notre cause.

Hugh ordonna à sa « garde » de rentrer. Ils discutèrent de leurs idéaux, de batailles qu’ils ont mené dans le passé… cela dura plus longtemps que prévu. Lorsque ce moment d’héroïsme fut terminé, Hugh décida d’accepter la proposition, il n’avait qu’une seule condition. Le roi devait à tout prix étendre son royaume pour rejoindre son territoire. Osuperneune lui promit que le roi y avait déjà songé. Ils se saluèrent chaleureusement et se promirent de se retrouver prochainement sur un champ de bataille.


Ainsi s’achève ce récit.

Passons maintenant aux présentations des deux nouveaux compagnons.

Felonia, ancien grand guerrier, est possédé par un démon. Il est même devenu son champion. Sa cruauté n’a d’égal que son avarice. Il est toujours vêtu de son armure en plaque. Il porte une épée à deux mains. Grâce à sa force, il peut la manier d’une seule main. Tout homme, qui se dresse sur son passage, aura l’honneur de se faire décapiter par son épée. Il prend un malin plaisir à torturer ses prisonniers. Il ne manque jamais d’ingéniosité pour améliorer sa technique à faire vivre le plus longtemps possible un de ses captifs ; tout en le faisant souffrir le plus possible. Tout être vivant entrant sur son territoire n’y trouvera que la mort.

Hugh est valeureux guerrier. Il répugne les négociations, les trêves et autres bêtises qui font perdre du temps à lui et à ses troupes pour accéder au chemin de la victoire. Il ne quitte que rarement son armure. Il porte un bouclier avec l’emblème de sa famille et une épée forgée par les elfes. Elle lui fut offerte après avoir secouru un groupe d’elfes qui se faisaient attaquer par des démons. Sa vaillance et son ardeur font de lui un des combattants les plus redoutés de tout le royaume. Il n’a peur que de deux choses : mourir de vieillesse et de la paix.

Une nouvelle guerre approche, les rats vont de nouveau sortir de leur tanière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Dim 26 Sep 2010, 08:51

Les dragoons


La guerre faisait rage contre les dragoons. Le seigneur Felonia, en proie à une fureur dévastatrice, attaquait et pillait ses ennemis, s’enfonçant plus profondément sur leurs terres. Cependant, après avoir vaincu de nombreux seigneurs, les dragoons tentèrent un dernier baroud d’honneur contre le démoniaque Felonia. Les affaires commençaient à mal tourner pour lui. Les dragoon installèrent des campements près des frontières pour, ensuite, attaquer le royaume en plein cœur. Le roi Toric ne pouvait laisser les dragoons saccageaient son royaume. Il décida donc de s’armer une fois de plus de sa légendaire masse pour mener les armées à la guerre.

Une journée d’été, aux campements des rats voraces.


« Monseigneur, peu d’entre nous ont répondu à l’appel. Ces attaques arrivent au plus mauvais moment. Vous avez envoyé de nombreux seigneurs en mission. »

« Ne vous en faites pas, cher académicien, nous avons un avantage. Il ne connaisse pas ces terres. Alors que nous les connaissons parfaitement. Je vais leur préparer quelques tours. Avant de mener nos troupes à une attaque de front, je vais leur montrer ce qu’il en coûte de menacer mon royaume. » Annonça Toric

« Nos espions ne sont pas revenus pour la plupart. Les quelques rapports, qui m’ont été donnés de voir, ne sont pas encourageants. Ils sont supérieurs en nombre. Je suis d’accord avec vous, mon roi ; il faut les prendre par la ruse plutôt que par la force. » Approuva Sylap

« Stratèges, préparez un plan sur le champ pour la bataille de demain. Je vais voir, par moi-même, les agissements de l’ennemi. Si nous voulons survivre sur ces terres, nous n’avons d’autres choix que de nous battre. Quel qu’en soit le prix à payer. Certains d’entre nous périront, mais ils auront servi une juste cause. A présent, je vous quitte. »

Le roi les salua en levant sa légendaire masse. Il partit au galop suivi de ses gardes du corps. En vérité, il ne s’en alla pas uniquement pour observer l’ennemi, mais pour mener une embuscade et effrayer l’ennemi.

Un des rapports avait signalé des troupes dragoons au niveau de la forêt d’Angladen. Cette forêt était fort bien connue par Toric, car il y allait souvent chasser. La route, traversant la forêt, était très étroite. Les troupes avanceraient difficilement à cause du matériel qu’ils transportaient.

Toric posta des archers de part et d’autres de la route et des paladins. Le roi se tiendrait avec des chevaliers sur la route, plus en arrière, prêt à charger une fois le signal donné.

Les troupes ennemies arrivèrent enfin. Lorsqu’ils passèrent à côté des archers, un déluge de flèches s’abattît sur eux. Les cavaliers chargèrent, le roi agitant sa masse en tête. Les soldats, faisant face au roi des rats voraces, étaient secoués par cette attaque surprise. Ils eurent beaucoup de mal à se réorganiser, les cris de leur camarades agonisant leur parvenant aux oreilles et l’impression de surnombre des hommes en face.

Quelques minutes avaient passé depuis le début de la bataille; et déjà, certains soldats battaient en retraite. D’autres tentèrent de s’opposer au roi, mais ils périrent sous les coups de sa puissante masse. Toric ordonna à ses soldats de ne pas poursuivre les survivants et d’abréger les râles des mourants. Les seigneurs dragoons devaient apprendre les nouvelles par leurs soldats et la rumeur d’un terrible guerrier allait se propager parmi leurs hommes…

Pendant ce temps, Felonia tentait de briser le siège mis en place par les seigneurs dragoons. Il avait posté des magiciens à des endroits stratégiques. Ils étaient protégés par des diables, afin d’enrayer une éventuelle attaque ennemie. Les sorciers jetaient des boules de feu sur les dragoons. Chacune d’entre elles causant d’innombrables pertes dans leurs rangs. Son infanterie était aux corps à corps avec l’adversaire, sans que nulle d’entre elles prennent l’avantage. Felonia sentait la fureur monter en lui. Sa cavalerie était prête, il ordonna à ses magiciens de lancer toutes leurs réserves de magie restante. Des énormes boules de feu furent lancées, faisant des dégâts dans les deux camps. Il sonna la charge, dégainant sa terrible épée.

La bataille était scellée. Le siège anéantit. Aucun dragoon n’y réchappa, soit prisonnier, soit décédé. L’issu de la guerre semblait de plus en plus proche.
Le lendemain matin au campement. Les seigneurs Znuki, Marsakh, Sylap et Felonia étaient réunis autours de la table des cartes avec le roi. Le seigneur Felonia les avait rejoints en début de matinée, leur annonçant la bonne nouvelle et du traitement de faveur donné aux prisonniers. Ce qui dégouta fortement les seigneurs présents.

Les stratèges Znuki et Marsakh avaient travaillé en coopération avec le chef des renseignements durant une partie de la nuit. Grâce à l’arrivée du seigneur Felonia et d’une partie des troupes dragoon mises en déroute après les combats de ce dernier et du roi, la tâche serait plus aisée. Felonia ira à la rencontre de Blazashe, le chef de l’alliance. Les plus grosses troupes observées sont menées par le seigneur Doudli, général en chef des armées dragoons, et se dirige vers les cités du royaume. Toric aura donc le privilège de l’affronter et sera soutenu par Marsakh en cas de soucis. Znuki et Sylap partirent affronter les autres dragoons, l’issu de ce dernier combat ne faisant pas le moindre doute. A croire qu’ils s’étaient gardé le combat le plus simple…
Felonia ne ménagea pas ses troupes, comme à son habitude. Il les mena à marche forcée pour affronter les troupes du seigneur Blazashe à la tombée de la nuit. Il encercla son campement et y lança un déluge de feu. Le démon se fit patient et se délecta des hurlements provenant du campement. Des officiers à l’intérieur se forçaient à y mettre un semblant d’ordre, afin de se préparer à l’attaque. Le seigneur Blazashe donnait ses ultimes ordres en tant que chef des dragoons. Felonia tenta alors une nouvelle stratégie, il avait emmené avec lui des seigneurs des abimes. Il décida de lancer une attaque aérienne, avant de lancer sa cavalerie. Ses sorciers s’installèrent sur le dos des seigneurs, pouvant, alors, lancer leur sort plus précisément. A la vue des seigneurs des abimes, les hommes furent effrayés. Ils prenaient la fuite, se retrouvant par la même occasion nez à nez avec un démon. Le seigneur Felonia fit un grand nombre de prisonniers, cette nuit-là. Le seigneur Blazashe fut capturé comme l’avait demandé le roi.

La bataille de Sylap et Znuki fut moins glorieuse. Le premier, chevauchant à la tête de ses paladins, attaquait l’infanterie ennemie de côté. Le second avait invoqué un phénix et lui lança une grâce d’endurance ; et attaqua les archers ennemis. Les seigneurs se rendirent sans grande résistance.

Vers midi, la dernière bataille commença. Un combat entre humain s’annonçait, se déroulant sur une longue plaine aride. Des griffons, des chevaliers, des fantassins et des archers se tenaient prêt à en découdre du côté ennemi, la rumeur du terrible roi des rats voraces leur parvenant aux oreilles. Ils souhaitaient venger la mort de leurs compagnons. Le général des dragoons lança l’assaut décisif. Les griffons prirent leur envol et attaquèrent les premiers rangs des troupes du roi. Cependant, ils recevaient de nombreuses flèches des archers. Les pertes étaient trop nombreuses et ils se replièrent. Pendant ce temps, le reste des troupes s’étaient rapprocher et les archers étaient à porter. Ils lancèrent plusieurs volées de flèches, tandis que les fantassins continuaient à se rapprocher inexorablement des troupes de Toric ; recevant eux-aussi des pertes importantes. La charge fut impressionnante. La mêlée battait son plein. La cavalerie de Doudli tenta de prendre à revers l’arrière garde de Toric, mais celui-ci l’intercepta. Les pertes étaient importantes de chaque côté, mais le sort de la bataille semblait basculé du côté des rats voraces.

Des cors se firent alors entendre, annonçant l’arrivée des troupes du seigneur Jon qui arrivait à la rescousse de son frère. Il était accompagné du seigneur Florientdiaz, ce dernier qui perdit une grande partie de ses troupes lors de l’embuscade du roi. Ils chargèrent les troupes du roi. C’est alors que Marsakh fit intervenir ses troupes qui restaient cacher, comme l’avait demandé Toric. Il lança un mur de flamme entre les troupes ennemies et Toric, les forçant ainsi à se retourner contre lui ; de nombreux soldats furent pris dans ses flammes. Il invoqua des forces fantomatiques qui criblèrent de flèches les survivants et chargea en compagnie de ses apparitions.

Les dragoons se rendaient peu à peu. Le moral était au plus bas parmi les soldats. Leur adversaire était trop fort pour eux.

Les rats voraces remportèrent une nouvelle guerre. Toutefois, à la fin de celle-ci, des négociations s’engagèrent avec les vaincus. En effet, le roi avait reconnu une certaine vaillance en ses adversaires et il leur proposa de se soumettre à son autorité royale. Il y voyait aussi des intérêts stratégiques dans cette manœuvre. Le seigneur Doudli se chargea des négociations et il accepta l’offre généreuse du roi. Toric invita les seigneurs voisins des rats voraces et repoussa les limites de son royaume.

Les seigneurs Doudli, Pad, Jon et Florientdiaz rejoignirent le royaume. Les autres dragoons rejoignirent aussi le royaume, mais ils serviraient indirectement le roi. Il nomma Doudli chef militaire, car le seigneur Infanus était définitivement perdu, après une recherche en vain du seigneur Helkar pendant deux longues semaines.

D’une guerre se conclut, parfois, par une alliance. Le royaume, en tout cas, se sort grandit de se conflit ; et nul doute que le roi Toric savoure son triomphe. Cependant, une personne ne se contente du résultat de cette guerre, en effet, le seigneur Felonia venait de perdre ses sources de pillages et d’esclaves…

Présentons, maintenant, nos nouveaux compagnons.


Doudli, fraîchement nommé général en chef des armées du royaume, est un digne représentant de sa race. Fin tacticien, il aime aussi étudier la magie. Il a, par ailleurs, remarqué des problèmes ces derniers temps avec la magie de la lumière, est-ce Asha qui en est la cause ? Ce qui est une chose assez rare pour être soulignée chez un humain. Il fait l’unanimité, dès son arrivée au conseil du royaume. Sa présence sur le front du pacte le conforte dans sa position. De taille imposante, plus petit que le roi, tout de même, il inspire une certaine forme de respect. Il aime que son armée soit ordonnée. Il fait une inspection de ses troupes tous les matins et forme lui-même ses nouvelles recrues. Il est perfectionniste.

A l’opposé, son frère Jon est un semi-démon. On ne sait pas quel côté prédomine chez lui. Cela dépend peut être des jours. Il peut se montrer courtois, comme sournois. Il laisse souvent son frère attaquer en premier pour encaisser les coups durs et se charge d’attaquer par surprise une fois l’ennemi se trouvant en position de faiblesse. Il n’atteint pas encore la cruauté de Felonia, son frère l’empêchant surement de changer de bord. Il est, malgré tout, dévoué à la cause du royaume.

Son cousin Florientdiaz aime, à contrario du frère, frapper les armées ennemies en plein cœur. Il est souvent accompagné d’inquisiteurs lors de ses charges. Il ressemble un peu au seigneur Hugh, sauf que ce dernier est plus porté sur la chevalerie. Il se fait souvent remarquer au combat, car il ne porte jamais de heaume et de bouclier. Il combat avec deux armes, une épée en main droite et une masse en main gauche. Il déchaîne sa furie au combat. Grâce à l’enseignement de son cousin, il apprend à se tenir plus poliment aux assemblées.

Pad, quant à lui, est un académicien. Il préfère, cependant, rester dans son palais, plutôt que de se soucier des affaires extérieures. On dit qu’il a accès là bas à une bibliothèque hors norme, d’une magie jusqu’alors inconnu au monde ou d’un immense harem. Telles sont les rumeurs qui courent à son égard.

A suivre la guerre contre le pacte maudit et le début de la sainte croisade. The quest for the holy graal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Jeu 07 Oct 2010, 10:54

La guerre du pacte maudit

Acte 1 : Le courroux d’Ynaëlle


La paix était revenue sur le royaume. Les seigneurs reprenaient leurs habitudes, les seigneurs vaincus, se ralliant à une noble cause, prenaient leurs marques, en particulier le seigneur Doudli, nommé, depuis peu, commandant des armées.

Toutefois, les temps restaient troubler. Une menace planait à l’ouest, s’étendant de plus en plus sur les terres enflammées. Le pacte accueillait de nombreux fidèles ; leur nombre ne cessant de grandir de jour en jour, à un tel point que le roi Toric ne pouvait ignorer ce culte démoniaque. Le démon Alberick les commandait, répandant sa propagande. Les hommes faibles et isolés répondaient à son appel, en quête de richesse et de gloire.

Une unique solution se présentait au roi : déclarer la guerre aux démons !


Une soirée d’été, au château du roi, les officiers tenaient une conférence auprès du roi. D’après les rumeurs, une annonce de la plus grande importance allait être faite. Ainsi, le roi déclara :

« Mes valeureux et fidèles seigneurs, nous vivons une bien sombre époque. J’ai l’impression que nous sommes revenus à l’époque de mes ancêtres. Lors de la venue de Ronge-Moelle sur ce qui allait être le royaume des rats voraces. En effet, les démons souhaitent s’emparer des terres enflammées. On raconte qu’il souhaite réveiller Urgash et détruire Asha. Leur but étant l’extermination de toutes races.

Je ne peux laisser cela arriver. Mon père, Enkor, m’a confié les rênes du royaume, m’accordant toute sa confiance ; la honte et le dédain de mes aïeuls seront mes seuls récompenses, si je ne puis vaincre ce pacte démoniaque et me terrer dans mon château, en attendant l’arrivée d’un sauveur.

Seigneur Helkar, vous qui êtes un descendant des seigneurs d’antan, vous me comprenez. Vous aussi, seigneurs Sylap et Znuki, après tous ces moments difficiles, que nous avons vécu, bien avant de se retrouver sur ces terres. Mais, pour vous autres ; une ombre subsiste sur nos motivations. Je vais donc vous raconter notre histoire. »

Il raconta l’histoire des rats voraces aux officiers présent ce soir-là, une bonne heure se passa et nul n’osa interrompre le roi pendant qu’il narrait les aventures de ses ancêtres.

Lorsqu’il eut fini, il reprit son discours.

« J’ai reçu aujourd’hui une proposition d’alliance de ce pacte. Je n’ai pas encore pris ma décision ; je ne peux, d’ailleurs, la prendre seul. Il me faut vos avis, cette guerre peut nous mener à la mort ou à la gloire. Seulement, une fois cette décision prise, nous ne pourrons plus revenir en arrière. Il est venu l’heure du choix. Soit nous combattons pour sauver notre royaume, nos vies et la déesse ; soit nous périrons de vieillesse ou d’un autre mal. Qu’en dites-vous ? »

« Quelque soit l’endroit où vous irez, mon roi, je vous suivrai. Je les affronterais avec vous, si modeste que soit l’aide que je peux apporter. » Déclara Helkar, en se prosternant.

« Vous m’avez récemment nommé commandant en chef du royaume, je ne peux vous décevoir de la sorte en fuyant mes responsabilités. Je me battrais à vos côtés. » Annonça Doudli, fièrement.

« Je vais parler pour les seigneurs Znuki, Osuperneune et moi-même. Il y a bien des années que nous nous connaissons ; et nous n’avons pas pris l’habitude de fausser compagnie à un ami, qui est, de plus, notre suzerain. » S’empressa de rajouter Sylap, en regardant tour à tour Osuperneune, Znuki puis Toric.

« J’ai œuvré pendant quelques mois pour le bien du royaume. J’y ai passé un certain temps, il me serait inconcevable de l’avoir gaspillé pour, au final, le voir se détruire sans que nous puissions y faire quelque chose. » S’indigna l’ambassadeur Marsakh.

« Ainsi soit-il. Nous partons en guerre. Commandant, faites lever les armées. Que toutes les troupes soient en état d’alerte de jour comme de nuit. Faites venir un messager, nous allons leur envoyer une réponse. »

Trois jours plus tard, une assemblée se tenait au château. Tous les seigneurs des rats voraces et de la waagh étaient conviés à cette réunion. Le roi leur annonça les intentions du royaume envers le pacte. Cette déclaration entraîna des acclamations dans toute l’assemblée, jamais une telle ferveur ne se fit sentir dans la salle du trône. Le roi les renvoya ensuite, ne gardant que les officiers pour commencer les préparatifs.

« Seigneur Sylap, je vais avoir besoin de vos hommes. Il me faut le plus d’information possible sur les positions de l’ennemi et des forces à leur disposition. Nous allons nous concentrer sur quatre seigneurs : Marco, Korag, Jojoxy et Glen. Les trois premiers sont coincés entre nous et les anges déchus. Ils ne pourront pas nous échapper. Le dernier sera plus coriace, il se situe sur un front plus ouvert au nord du royaume, près des cités de notre commandant. De nombreux fidèles du pacte se sont rassemblés en ce lieu. » Déclara Toric, tout en parcourant la carte et désignant les zones de conflit.

« Nous avons déjà quelqu’un qui s’occupe du seigneur Marco. » Osa ajouter Doudli.

« Co… Comment ? Qui ? Qui a osé partir sans mes ordres ? L’ordre vient de vous commandant ? » S’empourpra Toric (à savoir qu’il déteste ne pas être au courant des mouvements de ses vassaux).

« Non monseigneur, j’attendais la fin de cette réunion pour donner mes premiers ordres. Il s’agit de l’archiliche Ynaëlle, elle est partie, de son plein gré, assiéger toutes les cités du seigneur Marco. D’après des rapports qu’elle m’a envoyés, les pertes du côté ennemi sont importantes. Une cité est prête à tomber. On raconte que le seigneur Marco, en voyant les troupes de l’archiliche arrivées, s’est enfuit, préférant la vie d’ermite à une mort au champ d’honneur. » Raconta Doudli.

« Bon, va pour cette fois. De premières bonnes nouvelles. Méfiez vous, il ne faut en aucun cas prendre les choses à la légère. La facilité pourrait nous mener à notre perte. Si vous avez des questions ? Sinon, je vous laisse partir faire vos préparatifs. Je vais me rendre avec les seigneurs Znuki et Sylap au campement d’Ynaëlle. »

« J’aurais une proposition de stratégie militaire à vous présenter. » Osa le héraut Osuperneune. Les officiers l’entourant redoutèrent le pire.

« Si on attaque l’ennemi de jour, c’est une bonne chose, mais nous sommes facilement repérable par leurs archers. Alors que si toutes nos attaques se font de nuit, on pourra les prendre par surprise pendant leur sommeil ; et on se reposera le jour. » Admit, de bonne foi, Osuperneune.

Le roi le regarda d’un air à demi contrarié et désabusé. Puis lui tourna le dos. Le stratège Znuki vint lui taper l’épaule amicalement.

« C’est bien essayé Osuperneune, mais la prochaine fois laisse les stratèges faire leur boulot et occupes toi de galvaniser les troupes. Le roi sera moins indulgent la prochaine fois. »

Les seigneurs Sylap et Helkar s’esclaffaient devant le pauvre Osuperneune. Ce dernier haussa les épaules, en regardant les autres partir.

Quelques heures plus tard, les seigneurs Znuki et Sylap et le roi Toric arrivèrent au campement de l’archiliche Ynaëlle. Le camp était quasiment désert. De rares messagers et serviteurs s’affairaient à régler les missions qu’on leur avait confiées. Le roi en choppa un au passage, lui demandant où se trouvait sa maîtresse. A la vue du roi, le serviteur fut effrayé, craignant pour sa vie. Il s’empressa de lui donner la direction à suivre, une grande tente se dressait au bout du chemin.

L’archiliche se tenait près d’une carte. Elle releva les yeux et aperçut l’arrivée de trois cavaliers. Les reconnaissant, elle alla à leur rencontre.

« Mon roi, que me vaut l’honneur de votre présence ? » S’enquit Ynaëlle.

« Je suis venu inspecter mes troupes. Aurais-tu oublié que je déteste ne pas être au courant des attaques de mes vassaux ? »

« Je n’ai fait ceci que pour vous plaire, monseigneur. Je ne pouvais laisser le seigneur Marco se préparer, j’ai décidé de l’attaquer de suite. » Implora Ynaëlle.

« Certes, c’est un bon choix. Quelle est la situation ? »

« Mes troupes attaquent les trois cités du seigneur Marco. Whisky est tombé récemment. Le seigneur Marco s’est enfuit et ses troupes le suivent. La cité de Whisky me servira pour attaquer Korag et JoJoxy… »

Sur ces mots, un messager arriva, annonçant que Le pacte a reçu, pour leurs exploits, une larme d’Asha. La guerre des larmes était déclenchée…

A suivre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Lun 18 Oct 2010, 18:49

Acte 2 : le réveil du pacte

De longues semaines se passèrent depuis la capture de Whisky par Ynaëlle et la fuite du seigneur Marco. Les cités des seigneurs Korag et Jojoxy subirent de nombreuses attaques, les seigneurs des rats voraces en profitèrent pour piller leurs récoltes. Plus au nord, le seigneur Glen résistait tant bien que mal aux assauts combinés des seigneurs des rats voraces et de la Waagh.

Les seigneurs du pacte maudit décidèrent de porter au secours aux victimes des assauts. Les seigneurs Matt et Kheldar vinrent donc s’installer près de la frontière.

Pendant ce temps, les seigneurs des rats voraces cherchaient désespérément des larmes d’Asha. L’archiliche Ynaëlle, grâce à ses talents d’alchimiste, prit de son temps pour créer une larme d’Asha à partir de nombreuses ressources. Le seigneur Helkar, quant à lui, avait érigé un puissant portail, qu’il s’apprêtait à franchir pour combattre de nombreuses créatures et affronter le chevalier de la mort. Le seigneur Alberick avait construit au bout de deux longues semaines le premier graal.


Le roi Toric était parti inspecté le front avec les stratèges Marsakh et Znuki, le chef des renseignements Sylap et le commandant des armées Doudli, laissant ainsi la responsabilité des affaires du royaume au commerçant Helkar.

Les seigneurs chevauchaient depuis plusieurs journées. Le front était enfin en vue, ils grimpèrent un sommet pour observer les alentours. De nombreuses cités se dressaient à l’horizon. On pouvait voir la forteresse imprenable de Glen. Les nouvelles cités de Matt et Kheldar, la cité du héraut, Frisco et la fraîche cité de Doudli dont les régions environnantes semblaient cacher une larme.

Des nuages de poussières se levaient, des mouvements de troupes étaient en cours chez l’ennemi. Cela ne présageait rien de bon. Une partie des troupes se dirigeaient en direction de Smallville. Des espions vinrent remettre leur rapport. Les premières impressions étaient bonnes. Le seigneur Matt guidait ses troupes dans le but d’assiéger Smallville, des griffons, des paladins, des archanges et une foule de conscrits constituaient son armée. Le seigneur Doudli partit sur le champ préparer ses défenses.

Le seigneur Glen partait conquérir deux cités neutres favorisant l’arrivée de renforts du pacte. Le seigneur Kheldar restait en retrait, attendant surement le déroulement des opérations en cours. Une troupe de la waagh partit casser l’un des deux sièges de Glen. Le temps était trop court pour attaquer le deuxième siège. La cité tomba aux mains du pacte.

Pendant ce temps, le seigneur Matt avait établi son siège à Smallville. Une armée, menée par Doudli, allait à sa rencontre. Elle attaqua le siège de nombreuses fois, l’épuisement gagné les deux camps, mais le nombre finit par payer. Les soldats du seigneur Matt s’enfuirent.

La clameur de la victoire ne dura pas longtemps, au loin, les seigneurs Tolzog et Kana avançaient en direction de la cité de Frisco, belle cité du héraut Osuperneune. Un échange entre ce dernier et Tolzog en est la cause. Ulcéré par les attaques répétées des seigneurs des rats voraces sur ses compagnons du pacte, il décida de passer à l’action. Ses terribles troupes répondirent à son appel, le sol tremblant sous les pas de ses innombrables archanges.

Pour la première fois depuis l’installation des rats sur ces terres, la peur se fit sentir parmi les seigneurs. Seul le roi garda son sang froid habituel. Au fond de lui, il se réjouissait d’une telle menace, ses armées pouvaient enfin passer à l’action. Cette menace allait lui permettre de juger de la vraie valeur de ses vassaux.

Quelques jours se passèrent lorsque, enfin, la terrible armée assiégea la cité de Frisco. Le seigneur Matt profita de la diversion pour assiéger Smallville une deuxième fois. Les seigneurs des rats voraces se montrèrent impuissants face à de telles armées, et ce fut une terrible défaite pour les rats voraces. Le conflit prenait une nouvelle tournure. Les lignes défensives furent enfoncées grâce à l’assaut de Tolzog.

De nombreuses offensives du pacte se déroulèrent pendant ces jours sombres. C’est pourquoi, certaines batailles héroïques furent oubliées. Les valeureux guerriers se sont battus avec acharnement. Les terres, autrefois riches et abondantes, se raréfiaient, laissant place aux démons du pacte. Elles sont à présent recouvertes du sang des soldats tombés au champ d’honneur ou des nombreux esclaves qui les cultivent.


Pendant ce temps, le seigneur Helkar organisait les recherches des divines larmes, ainsi que du procédé de synthèse.

« Archiliche Ynaëlle ! Qu’est-ce que j’apprends, vous avez entrepris la construction d’un four, où vous y faites fondre des ressources, qui pourraient être utiles à nos armées et à l’enrichissement du royaume. Quelle est la raison d’un tel sacrifice ? »

Passablement énervé, l’intendant du royaume avait réuni les seigneurs restants au royaume, tandis que les autres étaient partis guerroyés, et un tribunal pour juger le comportement mystérieux d’Ynaëlle.

« Intendant Helkar, je compte expliquer mes intentions. Comme vous le savez, j’ai développé durant de nombreux mois mes talents d’alchimiste. Lors d’une de mes recherches, un de mes multiples ouvrages parlait de la possibilité de créer une larme d’Asha à partir de ressources. Un ouvrage, qu’il me fallut localiser dans une ancienne bibliothèque, traitait de la manière à suivre pour réaliser cette synthèse. Une fois, cet ouvrage découvert et traduit, validant ainsi mes suppositions, je pus commencer la construction du four. Il me faut donc fondre un grand nombre de chaque ressource, puis beaucoup d’or pour lancer la synthèse de la larme. » S’expliqua Ynaëlle pleine de dédain pour la soudaine suspicion de l’intendant à son égard.

« Soit, je ne puis vérifier vos dires. Il me faut attendre la fin de vos travaux pour émettre un jugement. Et, en quoi cette méthode serait plus efficace ? Alors que nos seigneurs se démettent pour trouver des larmes, vous faites des expériences dans votre coin. »

« Cette méthode, bien que longue et coûteuse, permet d’avoir une larme plus surement qu’avec les aléas de la découverte de l’obélisque ou de la région de la larme. » Répliqua Ynaëlle, toujours aussi méprisante.

« Bon, bon. Ça ira pour cette fois. Vous pouvez disposer. Si votre méthode est efficace, je vous pris de la faire partager aux autres seigneurs. »

Le seigneur Leblond et dame Suziwan paraissaient très intéressé par ce procédé.

« Monseigneur, j’ai, moi aussi, une question à vous poser. Je passais, il y a quelques jours, près de vos terres. Je vis un portail, une structure assez rare de nos jours et très peu utilisé. Je me demande à quoi bon vous sert-il ? Aves-vous découvert un moyen de transport plus rapide pour nos troupes pour rejoindre le front du pacte ? » S’enquit Ynaëlle, soucieuse de se venger d’Helkar.

« Figurez-vous noble archiliche que vous n’êtes pas la seule à faire des recherches en ce royaume. Ce portail, comme vous le prétendez, n’est pas un transporteur de troupes. Même si, je dois l’avouer, il nous aurait très utile… Non, ce portail va m’emmener dans un monde où règnent les élémentaux. Il y a un chevalier de la mort, qui, à ce qu’il parait, garde jalousement une larme de la déesse. Je vais devoir avancer lentement pour assurer cette conquête. »

« A ce qu’il paraît ? » Nota Ynaëlle.

« Certes, c’est un vieil homme à la taverne qui me raconta cette légende. Le seigneur Sylap pourra confirmer mes dires, il était avec moi ce soir-là. On attendait les seigneurs Znuki, Osuperneune et le roi pour boire un verre. Enfin, il faut avouer qu’on avait pris un peu d’avance… hé hé hé. » S’esclaffa Helkar.

« Ça ne m’étonne pas… » Soupira Ynaëlle, tournant le dos à son interlocuteur.

« Raah ! Elle m’énerve celle-là avec ses grands airs. » S’agaça Helkar, une fois que l’archiliche eut quitté la salle.

A suivre…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Jeu 21 Oct 2010, 14:54

Acte 3 : les premières larmes

En ce début de mois d’Octobre, le beau temps régnait sur les terres enflammées. L’herbe était verte, les oiseaux chantaient, c’était l’été indien. Les petites fleurs s’épanouissaient. La douce caresse du vent, le réconfort du soleil…

Soudain, un terrible vacarme se fit entendre, coupant de ce fait les ardeurs bucoliques du nécromancien Helkar. Ce vacarme faisait trembler la terre. Surement un de ces démons qui s’entraînent avec un choc terrestre. Helkar décida d’aller voir lui-même la cause de ces agitations. Il grimpa au sommet de la colline, car les bruits venaient d’en contrebas.

Surpris, il vit une colonne de destriers le seigneur Hugh les menant au combat. Helkar le héla.

« Ola, seigneur Hugh ! Que faites-vous avec cette troupe ? Encore un de vos fameux exercices ? »

« Salutation intendant, lui répondit-il, je me rends sur le front, le seigneur doudli est en ce moment bloqué à Capoua. Il est assiégé par le vil seigneur Tolzog, il me faut lui porter secours. Si j’échoue, nous allons perdre notre chef des armées. »

« Je vous souhaite bonne chance dans ce cas. »

Une fois partie, Helkar demeurait pensif. L’entretien d’une telle armée le rendait perplexe.

« D’une part, il faut des écuries de très grandes tailles pour accueillir tous ces chevaux, un grand stock d’avoine, des logements et des tavernes pour tous ces paladins, un lieu de prière… Raah, rien ne vaut mes bonnes apparitions, elles apparaissent et disparaissent à ma guise, je n’ai pas à me préoccuper de telles futilités. »

Laissons l’intendant à ses pensées. Le roi Toric était revenue de sa visite du front. Il rassemblait ses hommes pour un assaut. Une bataille aurait lieu dans les prochains jours entre les deux champions de la déesse, une lutte sans merci pour la gloire. Qu’un seul d’entre eux s’en sortira vivant de ce combat. Toutefois, il devait s’occuper des affaires du royaume, mises de côté durant son absence. Les choses n’allaient pas pour le mieux dans le royaume. Des rapports des paysans racontaient, que sur les terres du démon Félonia, un étrange silence avait pris place au lieu des cris de souffrances habituels.

La rumeur voulut que Félonia se lamente du manque d’actions et d’esclaves après la paix signée avec les seigneurs dragoons. Dans sa forteresse imprenable, le chagrin envahit le démon et en mourra.

Un paysan, vivant près des terres de l’académicien Sorlon, parla de la disparition du palais de l’ancien. Selon ses dires, le palais se serait envolé pour une destination inconnue.

Ces évènements énervèrent le roi, car ils le discréditaient. Il perdait petit à petit le contrôle sur ses vassaux ; et il ne pouvait se le permettre en pleine guerre. Cette bataille allait donc servir doublement ses intérêts. Une victoire permettrait de ralentir la progression du pacte sur son territoire, et affirmerait son aura sur les vassaux. Aucun d’entre eux n’oserait défier le vainqueur du duel des champions d’Asha.

Le roi était ravi de son plan. Il se dirigea vers l’autel des cieux, en espérant que sa prière soit exaucée par la déesse.

De retour du front, Sylap recommença ses recherches d’une larme d’Asha. Il prit avec lui des centaines de paysans, habitués à manier des pelles et des pioches, afin de déterrer cette larme. D’après ses calculs, la larme devait se trouver aux alentours de Cimura appartenant à dame Suziwan, qui était parti récemment en mission pour une durée de trois semaines. Les recherches allaient bon train, Sylap, dans une tente d’officier, dirigeait les opérations en personne. Les paysans travaillant sans relâche.

Un messager arriva porteur de mauvaises nouvelles pour les économies du seigneur Sylap. Pour bien comprendre cette mauvaise nouvelle, il me faut revenir quelques temps en arrière.

Suziwan avait confié les commandes de ses terres à l’intendant Helkar pendant toute la durée de la mission. Lors d’une soirée hebdomadaire à la taverne, le nécromancien Helkar, encore plus mort qu’à son habitude, lança un défi au seigneur Sylap. Ce défi consistait à déterrer une larme avant l’autre ; le perdant devait payer les consommations à la prochaine soirée. Ce concours était donc la raison de la présence du chef des renseignements.

Ce message se composait de quatre mots :

« Je t'ai battu ! »

Le seigneur Sylap déchira le message, dépité. Le pris de l’eau de feu se fait de plus en plus fort en ces temps de guerre. Les convois de ravitaillement ont de plus en plus de mal à passer sans se faire piller.

Quelques minutes après, un paysan arriva.

« Monseigneur, nous avons découvert la larme de la bénite Asha. » Annonça-t-il fièrement.

« Bon, c’est toujours ça de pris, je ne suis pas venu pour rien… »

Pendant ce temps, l’alchimiste Ynaëlle continuait ses fameuses expériences qui déplaisent tant à l’intendant. Elle avait déjà fondu dans son four du mercure, des cristaux et des gemmes. La chaleur du four l’exténuait, mais rien que de voir la tête du seigneur Helkar, lorsqu’il verra la larme, vaudra bien tous ses efforts. La fonte du souffre était en cours, il ne restait plus que de l’or, et la larme serait prête.

Quelques jours plus tard, la larme était prête. L’archiliche resplendissait devant sa création. Une visite de courtoisie à l’intendant s’imposait à présent.

Un cours trajet séparé les nécropoles de PerLachaiz et Zuldûr. Lorsqu’elle arriva, un serviteur lui annonça qu’il n’était pas présent. Il se trouvait près du portail qu’il venait d’ériger. Ynaëlle le rejoignit.

Après une longue marche, elle distingua enfin le portail, il n’avait pas l’air de fonctionner. Le seigneur Helkar se tenait devant discutant avec son architecte. Un léger contingent semblait attendre le départ.

« Des problèmes, monseigneur ? » Questionna Ynaëlle, une fois les avoir rejoint.

« Ma foi, je ne comprends rien à ce maudit portail. Il ne veut pas fonctionner. Mais que faites-vous ici ? Vos expériences sont-elles déjà achevées ? »

« Certes, je suis venu vous montrer mon œuvre. J’espère qu’elle vous plaira. »

« Mmh, ça m’étonnerait vu le gaspillage de ressources pour l’obtenir. »

L’alchimiste lui montra sa création. Helkar en était bluffé.

« Pfiouuu, c’est incroyable, on croirait une vraie. Je vous dois des félicitations. Allez de suite prévenir dame Suziwan et Sir Leblond de l’avancée de vos travaux. »

« Je vous remercie seigneur Helkar. Si je peux vous donner un conseil pour votre portail, il faudrait faire correspondre les différents signes pour l’activer. »

« C’est une riche idée que vous avez là, dame Ynaëlle. » Lui accorda l’architecte.

« Oh, c’est bon ! Ne vous y mettez pas, vous aussi. »

Helkar fit ce que lui conseilla l’archiliche. Un étrange liquide transparent se forma dans le cercle, qui était vide, il y a quelques secondes.

« Allez, je vous quitte. Venez avec moi, soldats ! »

Ainsi, l’intendant traversa le portail pour rejoindre les terres des élémentaux.


Au même moment, sur le champ de bataille. Un grand nombre d’archanges jonchaient le sol. C’était un véritable carnage. Les deux champions se sont neutralisés. Les pertes étaient nombreuses. Nul doute qu’Elrath maudira cette triste journée…


A suivre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Dim 31 Oct 2010, 14:38

Acte 4 : Znuki or not Znuki… et la fin de la guerre

Le royaume était en mauvaise posture, malgré les récentes découvertes des larmes. Les guerriers n’arrivaient toujours pas à repousser l’envahisseur. Ce dernier s’enfonçait toujours plus profondément dans notre territoire.

Le roi priait la déesse chaque matin et chaque soir, en espérant un miracle. Par bonheur, son vœu fut exaucé.


Quelques jours après la fameuse bataille entre les deux champions, le roi convoqua son chef militaire et ses stratèges pour une revue d’effectif, en vue d’un assaut sur les villes récemment conquises.

« Messieurs, je ne vais pas y aller par quatre chemins, nous venons de perdre plusieurs cités, nos armées en frontière sont très nettement affaiblis. Moi-même, j’ai subie de nombreuses pertes au cours de la dernière bataille. Toutefois, nous n’avons plus le choix, il nous faut les repousser dans les jours à venir. On ne leur laissera pas le temps de s’installer. Stratèges, selon vous, quels seigneurs ont les hommes à disposition pour participer à cette attaque ? » S’informa Toric.

« Je suis prêt à marcher à vos côtés, mon roi. Ces mécréants ont capturé deux de mes villes, je compte bien les reprendre. » Déclara le général Doudli.

« Je vois bien le seigneur Hugh pour participer à cette attaque, s’il arrive à se préparer à temps. » Proposa Marsakh.

« Il sera prêt, je l’ai vu récemment parcourir la frontière en quête d’un ennemi, il a l’air de vachement s’emmerder sur le front est. De plus, il a déjà attaqué le seigneur Tolzog, il connaît donc son opposant. » Confirma Znuki.

« Si peu d’entre nous… Cette guerre va nous coûter cher. » Soupira Toric.

Au même moment, l’intendant Helkar, fraîchement revenu du monde des élémentaires, fit son apparition. Il semblait essoufflé par une longue course.

« Mon roi, j’ai besoin de tenir conseil avec vous. Je viens de recevoir des nouvelles du front ouest. »

« Eh bien, reprenez votre souffle et parlez, intendant. »

« Je dois vous parler seul à seul, et de suite. » Insista Helkar, l’air préoccupé.

Le roi se demanda alors ce qui ne tournait pas rond. Il ordonna aux autres de sortir, curieux de savoir quelles « si importantes » nouvelles, le seigneur Helkar avait à lui raconter.

« Nous sommes seuls, vous pouvez enfin me donner la raison de tout ce remue-ménage. » S’impatienta le roi.

« Pour sur monseigneur. Je vaquais à mes occupations, lorsque je reçus un rapport du seigneur Sylap. En effet, il est, en ce moment même, en pleine mission sur le territoire du pacte. Il m’a confié des rapports d’activités plutôt étranges. Ça ressemble plus à de l’inactivité d’ailleurs. Les troupes du seigneur Tolzog semblent avoir déserté, en partie, ses châteaux. Il n’y a aucune trace de ses soldats. Il est curieux qu’elles aient disparu. Le château du seigneur Matt est vide, lui aussi… »

« Qu’est-ce que vous me racontez là. Après s’être donné tant de mal à nous attaquer, vous venez me dire qu’ils souhaitent stopper les hostilités du jour au lendemain ! Vous me prenez pour un imbécile ? » S’empourpra Toric

« Attendez, mon roi. Vous n’avez pas entendu le plus étrange. Sur le chemin menant à votre château, un messager du pacte m’intercepta. Son seigneur, Yochama, l’avait envoyé m’apporter cette lettre. Le contenu est des plus surprenants. Je vous laisse la lire par vous-même. » Fit Helkar en lui tendant la lettre.

Le roi lut la lettre très attentivement, la relisant une deuxième fois, tant les propos étaient inattendus. En effet, le seigneur Yochama se proposait pour rejoindre les rats voraces, ainsi que les seigneurs Kheldar et Glen. Ce dernier bien connu par les seigneurs des rats voraces. D’autres seigneurs souhaitaient rejoindre la Waagh. Pour corroborer sa requête, il décrivit la situation hasardeuse du pacte. L’abandon de plusieurs seigneurs, comme Tolzog, ce qui correspond aux dires du seigneur Sylap. Mais aussi, la désorganisation dans leur rang du au manque d’autorité et de pragmatisme du seigneur Alberick.

« Qu’en pensez-vous mon roi ? » Demanda Helkar au bout de quelques minutes.

« Que vous avez très bien fait de m’interrompre. Cette demande me paraît honnête, mais il faut faire preuve de vigilance. Il nous faut l’interroger pour connaître ses intentions. Il nous faut éviter toutes trahisons qui risqueraient de nous coûter très cher dans la guerre des larmes. Où est ce messager ? Je vais lui donner une réponse. »

« Je l’ai mis sous la garde de vos hommes, on ne sait jamais… Je vais le faire venir. » Fit Helkar en partant en direction d’une pièce annexe.

L’intendant revint avec le messager quelques instants plus tard. Le roi était occupé à écrire son message.

« Monseigneur, voici le messager. » Annonça l’intendant.

« C’est parfait, j’ai besoin d’encore quelques minutes pour achever mon message. »

« Noble seigneur, hésita le messager, il me faut vous révéler ma véritable identité. Je suis le seigneur Yochama. Je ne pouvais pas laisser un de mes hommes vous porter ce message ô combien important pour moi et mes compagnons. Je ne me suis pas présenté au seigneur Helkar en première intention, je ne pouvais pas anticiper sa réaction. »

L’intendant était bouche bée, et le roi le regardait avec un mélange d’indignation et de dépit. Décidément, ses vassaux étaient trop dupes. L’homme, qui se tenait en face du roi, n’avait en rien l’air d’un simple messager. D’une stature imposante, il avait tous les attributs d’un puissant guerrier. Un tel homme ne pouvait que plaire au roi.

« J’admire votre courage seigneur Yochama. Le pacte maudit a donc dans ses rangs des seigneurs d’une très grande valeur. Venir jusqu’ici est un très grand risque. C’est rare de nos jours des seigneurs qui en prennent, fit Toric en regardant Helkar. Quelles sont les motivations qui vous poussent à nous rejoindre, car vous pourriez vous tourner vers les alliés du pacte, les ZonZ ou les archontes. »

« Tout d’abord, vous avez été pour nous de bons ennemis, les combats se sont toujours réglés dans les règles, sans d’échanges verbaux entre nous. Ensuite, géographiquement, vous rejoindre serait plus intéressant pour nous et aussi pour vous, car l’accroissement de votre royaume serait assuré. Pour finir, j’admire votre royaume et votre volonté de combattre des ennemis plus forts que vous. »

La discussion se poursuivit pendant de nombreuses heures. Pendant ce temps, les seigneurs Marsakh, Doudli et Znuki attendaient les ordres du roi.

« Je me demande bien ce qu’ils peuvent se dire… » Grogna Doudli, la patience n’étant pas réellement son point fort.

« Ils organisent surement un festin pour notre prochaine victoire. » Proposa Znuki.

« Radins comme ils sont ces deux là, ça m’étonnerait. Et la victoire n’est pas gagnée, surtout en interrompant nos réunions de la sorte. » Ajouta Marsakh.

« En tout cas, cette discussion ne nous avance pas des masses. J’ai d’autres choses à faire que d’attendre ici. S’ils pensent que la guerre se fait toute seule, ils se foutent le doigt dans l’œil. »

« En tout cas, je n’ai pas vraiment le choix. Je dois questionner l’intendant sur le fonctionnement de son portail. Il y a quelque chose qui m’échappe, mais je n’arrive pas à savoir quoi. »

Sur ces mots, la porte s’ouvrit laissant le passage au messager qu’ils aperçurent quelques heures auparavant. Les trois seigneurs dégainèrent leurs épées, Znuki et Marsakh se préparant à lui lancer un sort mortel. Ils craignaient le pire pour leur roi.

On peut dire que le messager, qui n’était autre que le seigneur Yochama, n’échappa que de peu à la mort, car au moment, où le seigneur Znuki allait invoquer un poing de la colère, le roi apparut. Il ordonna aux trois seigneurs de l’accompagner et de laisser partir le seigneur Yochama. Méfiant, les stratèges du royaume regardèrent partir le seigneur, son nom ne leur était pas étranger.

Une fois que les esprits furent calmés. Le roi leur révéla les nouvelles de bon augure pour la gloire du royaume. Le général fut rassuré, il allait enfin récupérer ses cités. De plus, une nouvelle guerre était gagnée par les rats voraces. Bien qu’elle ne le fut pas par les armes, mais par l’idéologie des rats voraces et la grandeur de leur roi.


Quelques heures plus tard, l’intendant accompagna le seigneur Znuki jusqu’à son portail, pour lui expliquer le fonctionnement de la chose.

« Bien, qu’est-ce qui ne va pas chez vous ? » Demanda Helkar.

« J’ai demandé à mon meilleur mage de construire ce portail avec toutes ses connaissances sur la magie. Et ce crétin n’arrive même pas à le mettre en marche. » Répondit Znuki en montrant dédaigneusement son mage favori.

« Soit, vous voyez ces runes ? Il faut les faire correspondre pour activer le portail, puis accéder au monde transversal des élémentaux. C’est aussi simple que ça, je l’ai trouvé par moi-même. » Mentit Helkar.

« Bon, je teste dans ce cas. »

Une fois que Znuki eut suivi les instructions de l’intendant, le portail s’activa.

« C’est merveilleux, ça fonctionne. Venez à moi, nobles soldats. Nous allons tuer ce maudit chevalier de la mort. » Fit Znuki en haranguant ses troupes.

« Euh, stratège… Sans vouloir vous déranger. Que comptez-vous faire avec, à vue de nez, ces 1500 sultans djinns ? » Questionna Helkar.

« Bouter ce minable chevalier de la mort, pardi ! Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez vous, intendant ? »

« Juste le fait que vous ne pouvez traverser le portail avec autant d’hommes, enfin si on peut appeler vos créatures des hommes. Elles me paraissent aussi solides que mes squelettes et mes zombis. »

« Vous avez raison sur le premier point, j’avais oublié cet aspect. Par contre, n’osez plus jamais critiquer mes Djinns, dans le cas contraire, je n’aurais d’autre choix que de les envoyer raser votre misérable nécropole. » Cracha Znuki.

« Si vous le dites… On verra cela à votre retour. J’espère que l’on se reverra bientôt. » S’enquit l’intendant en saluant le regretté stratège.

« Ne vous faites pas de soucis, comme disait le défunt frère de Vimaxtor, Terminator : Je reviendrais ! »



Ainsi, se termina la terrible guerre entre les deux puissants des terres enflammées. La fin fut des plus surprenantes pour les seigneurs du royaume, mais fut accueillie avec un certain plaisir. Une fois de plus, les rats voraces sortent victorieux du conflit. L’orgueil de leur roi grandissant de jour en jour.

Vous pouvez remarquer que le titre Znuki or not Znuki, si on conserve les premières lettres, cela donne : ZonZ. Est-ce là un présage d’une guerre nouvelle ? Seul l’avenir le dira. D’autres puissances émergeront surement sur les ruines du pacte maudit, rivalisant ainsi avec la puissance des rats voraces. Ces derniers attirent de plus en plus le regard de la déesse Asha.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Jeu 11 Nov 2010, 09:47

La zizanie

La guerre contre le pacte était achevée depuis peu. Les rats se tournèrent vers des problèmes plus gênants. Des autels furent construits à l’effigie de la déesse d’Asha, afin de recueillir ses faveurs et devenir les champions de la déesse.
La menace du pacte étant écartée, les rats voraces se déclarèrent favoris, bien malgré eux, pour prendre le contrôle des terres enflammées.

Cependant, d’autres alliances ne voulaient pas l’entendre de cette oreille. Ainsi, les archontes et les ZonZ comptaient bien empêcher ce terrible évènement ; et cela pour leur survie. Nul doute que les rats voraces feront régner la terreur une fois les terres enflammées conquises.

Treize graals devaient être construit pour déclencher le réveil d’Asha, par tous les moyens possibles. Les portails, les fours, les cartographes et les pioches fonctionnaient 24h sur 24. Les espions s’infiltraient au cœur des territoires ennemis pour y voir ce qui se tramait.


Des semaines s’écoulèrent depuis la fin de la guerre du pacte. Les officiers des rats voraces étaient réunis à Blue Orchid pour un conseil de la plus haute importance.

« Messeigneurs, je vous ai réuni, une fois de plus, pour faire une point sur cette guerre des larmes. Voilà, plusieurs semaines que je n’ai pu croiser le fer face à un ennemi respectable. Je commence à être à bout de nerf. Ces maudits cloportes des élus de Mystra ont préféré fuir face à mes troupes et posé un malheureux siège pour me faire revenir sans leur larme. Dommage pour eux, mes paladins n’aiment pas revenir bredouilles d’une mission. Soit ils ne reviennent pas, soit ils reviennent le cœur comblé par le devoir accompli. Nul échec n’est permis et je vous conseille d’en faire de même avec vos soldats. » Annonça Toric, bombant le torse lorsqu’il expose la puissance de ses troupes.

« Vous savez le sens de l’honneur chez les morts vivants… ça m’a toujours laissé indifférent. » Répondit Helkar, dubitatif.

« De toutes façons pour le peu qu’ils nous servent. » Répliqua Znuki.

« Des apparitions et des archiliches… c’est pas très solide tout ça. » Ajouta Sylap.

« Meuh, je leur ai appris à éviter les paladins. C’est une technique maison, assez complexe. Impossible à faire comprendre à vos pauvres bœufs. » S’indigna Helkar.

« Bon, on va arrêter avec les préjugés raciaux et on va commencer cette réunion. On n’est pas sortie de l’auberge. Où en est-on pour les attaques de larmes ? » Questionna Toric.

« En plus de votre larme prise sur les élus de Mystra, le seigneur Znuki a pris récemment une autre larme sur les élus et le seigneur Yochama vient de partir sur cette même alliance. » Annonça Marsakh.

« Ils nous auront bien aidé ceux-là. J’irais les remercier un de ces quatre. Je leur rendrais visite avec ma garde personnelle de 1500 paladins… Qu’est-ce qu’il en est des autres alliances ? » Enchaîna Toric.

« Alors les camarades de la lutte finale s’en sortent plutôt bien avec quatre graals. Les Tangs Ardents se tapent avec les camarades, ça devient désespéré pour eux. A l’est, le pacte… on ne va pas en remettre une couche et les pouvoirs infinis n’ont pas encore révélé la nature de leur pouvoir à nos yeux. Au nord, on en a déjà parlé. Pour finir, au sud, les ZonZ sont de sérieux concurrents, peut-être même notre plus grand rival. » Résuma Yochama, nouveau venu parmi les rats, qui a su s’imposer très rapidement.

« Et sur le reste des terres enflammées, qu’est-ce que ça donne ? » Demanda Toric, se tournant vers le chef des renseignements.
« On n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent, les graals, qui nous sont prenables par la force, ne le sont pas à cause de la distance, un de nos rivaux peut les prendre à tous moments. » Gémit Sylap, dépité par le manque de graals à portée du royaume.

« Ce n’est pas bon tout ça. Nos ennemis vont être favorisés par nos malheurs. Une fois de plus, les élus nous auront bien aidés. » Maugréa Marsakh.

« Pendant que l’on parle de nos ennemis, que font-ils ? » S’enquit Toric.

« Hum, permettez-moi de prendre la parole mon roi. » Se proposa Helkar

« Si ce que vous avez à nous dire est cohérent, je vous la laisse volontiers. J’ai besoin de savoir ce qui se passe chez eux. » Accepta Toric.

« J’ai mené ma propre enquête sur les agissements des archontes et des ZonZ. Je dois avouer que sur certains points, je suis assez perdu. Peut-être que quelqu’un pourra m’aider. Je vais commencer par les archontes qui sont le cas le plus complexe.
Nos anciens rivaux du pacte ont laissé dans leur chute deux graals, les archontes en profitèrent pour trahir leurs alliés. De faite, cela fait plusieurs jours que leur graal devait être achevé et passerait ainsi devant nous, mais il ne se passe rien… »

« Curieux, en effet. »

« Ensuite, ils sont partis prendre les larmes de nos alliés les Ex Inferis. Ils ont déjà perdu deux larmes et il s’en fallut de peu pour qu’ils en prennent une autre. Les dragons Q8 l’ont prise juste sous le nez du seigneur Witcher. Ils ont donc quatre larmes volées, mais aucune n’est construite pour le moment. C’est une grande chance pour nous. Cependant, ça ne nous avance pas sur leur situation. Je continue à l’heure actuelle mes investigations. »

« Je vois que vos travaux de chef du commerce n’ont pas l’air de vous prendre trop de temps… » Souligna Toric.

« Mmmh ? Quels travaux ? Bon, je continue avant de me faire interrompre une nouvelle fois. Les ZonZ ont eux trahi leurs alliés les anges de la mort, leur volant ainsi leur unique larme. Ces derniers ont disparu de la carte et les survivants ont rejoint les archontes ou les ZonZ. D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi le graal des ZonZ fut construit avant ceux des archontes ou même qu’il est pu se construire. Bref, les graals des dragons Q8 sont visés par les ZonZ.
Pour résumer, on s’en sort bien. »

« Compliqué cette histoire… » Admit Znuki.

« En gros, qui mène la danse ? » Demanda Osuperneune.

« Tu ne m’as donc pas écouté ! » S’empourpra Helkar.

« Laissez-le, il n’est pas aidé. Ce doit être le lait de chèvre qui lui tourne à la tête. » Supposa Toric.

« Bon, dans tout ça, on tape qui ? » S’enquit Hugh.

« Il faut analyser les différentes options qui se proposent à nous… » Commença Marsakh.

« Pas le temps pour ça, dès qu’un graal apparaît, on fonce dans le tas. » S’énerva Hugh.

« Euh, je suis d’avis avec l’ambassadeur. Il nous faut jouer de patience et de finesse sur ce coup. » Admit Yochama.

« J’aime pas beaucoup ça moi… » Consentit Hugh.

« Bon, on attend alors. Encore une réunion qui aura servi à l'intérêt général de l’alliance… » Se lamenta Toric.

Le seigneur Znuki se dirigea vers l’intendant.

« Intendant, j’ai à vous parler. » Fit-il en interpellant Helkar.

« Je vous écoute, stratège. »

« J’ai un léger soucis avec mon portail, j’ai réussi à passer et défendre le portail, je contrôle le lac. Mais je suis coincé dans la forêt. Enfin, je n’arrive plus à franchir le portail. Je suis donc bloqué. J’aimerais que vous veniez me donner votre avis. »

« Ma foi, je n’ai pas grand-chose de prévu aujourd’hui. Allons-y. »

Pendant ce temps, Sylap vint quémander de l’aide auprès du roi.

« Mon roi, j’ai beaucoup de soucis en ce moment. Je ne peux exercer ma fonction avec la rigueur de ces derniers mois. »

« Qu’est-ce qui vous chagrine, seigneur Sylap ? » S’enquit le roi.

« Voilà, un malheur peut vite arriver et je me fais du soucis pour mon avenir. Il me faut créer une lignée avec une personne qui me corresponde au mieux. Pour ensuite transmettre notre histoire dans les années à venir. »

« Ah, c’est un problème qui nous concerne tous. Mais, j’ai une personne toute trouvée pour vous, vous allez bien vous entendre. Seigneur Ô super neuneu, venez par ici. Je vous propose d’unir vos lignées. »

« Unir nos lignées ? C’est quoi cette con….. ? »

« Eh bien, comment dire… ça te permettra de perpétuer ta renommé dans les années et siècles à venir. » Inventa Toric.

« Cela m’a l’air bien. Vous élevez beaucoup de chèvres par chez vous, seigneur Sylap ? »

« Raah, je me suis fait encore avoir. La prochaine fois, je me la fermerais… »

Sylap s’en fut le moral au plus bas. Des jours meilleurs arriveront peut-être bientôt.

Pendant ce temps, les seigneurs Helkar et Znuki arrivèrent dans le domaine du dernier. Ils se dirigèrent directement vers le portail.

« Je vous présente mon meilleur ingénieur gremlin. Il ne me quitte plus depuis le début de notre installation sur ces terres. »

« Enchanté, alors qu’est-ce qu’il raconte ? »

« Bah, il essaye de faire comme vous avez dit : faire correspondre les signes. Puis plus rien ne se passe. »

« Ah… Je vous conseil.. »

Soudain, une musique se fit entendre venant du palais flottant dans le ciel.

« L’offensive démarra, ra, ra, ra, ra
Avec toutes sortes de rats, ra, ra, ra, ra
Rats des villes et rats des champs … »


« Hum, excusez-moi pour ma curiosité, mais c’est quoi ce bordel ? »

« C’est mes ingénieurs, ils en ont marre de faire leurs expériences dans le silence. Ils ont donc fabriqué une boite à musique qui passe en boucle le tango des rats. »

« Ben voyons, tu n’as rien de mieux à leur proposer ? »

« Quoi ? Tu n’aimes pas ? La culture n’est pas accessible à tout le monde… » Suspecta Znuki.

« En tout cas, je pense que le problème vient de cette musique. Elle a bousillé le mécanisme du portail. Allez, je te laisse encore quelques minutes ici et je vais devenir fou. »

« Ce vampire ne connaît pas la solidarité, c’est déplorable… » Se dit Znuki.


L’absence de combat commençait à se faire sentir. Les rats cédants de plus en plus à la folie. Encore quelques semaines à ce rythme et se sera la fin du royaume, laissant place à la folie. Heureusement, il n’y a que peu de temps à tenir pour voir le retour de la déesse.
Les rats remporteront-ils la victoire ? Vous le serez dans la prochaine chronique…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Helkar
Intendant
Intendant
avatar

Messages : 1619
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 27
Localisation : A la pointe du rat

MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   Lun 29 Nov 2010, 23:00

La guerre de quinze jours !


Les évènements se sont déroulés comme prévus. Les rats voraces allaient recueillir les faveurs de la déesse Asha grâce à l’accomplissement du graal de hugh. Ceci leur permettrait de prendre le contrôle des terres enflammées pendant de nombreux mois.
Seulement, les rats voraces doivent tenir encore deux longues semaines pour obtenir la victoire et faire ainsi honneur à leurs ancêtres.


Le roi Toric avait donc été rattrapé par son glorieux destin. Il était venu sur ses terres en quête de violences, oubliant les responsabilités qu’il avait sur les terres de ses aïeuls. Il avait quitté son ancien royaume pour en créer un nouveau. Ainsi, le nom des rats voraces se propageraient vers des contrées plus lointaines grâce au sang qui sera versé sur les terres enflammées, semant ainsi le chaos.

Après avoir combattu de nombreux guerriers, le royaume grandissait de plus en plus, les victoires s’enchainaient jusqu’au jour où ils tombèrent face au pacte. Le royaume subit ses premières lourdes défaites. Néanmoins, la déesse Asha semblait déjà avoir choisi son champion et le pacte s’écroula, les rats se retrouvèrent pour la première fois sans ennemis à combattre.

Sur les ruines du pacte des alliances montrèrent le bout de leur nez, ainsi les archontes et les ZonZ apparurent comme de sérieux concurrents à la victoire finale. Les deux graals du pacte tendaient les bras aux archontes et ils n’hésitèrent pas une seconde à se servir. La victoire aurait pu alors leur parvenir, mais une erreur se produit lors de la construction d’une des larmes volées. Peut-être ce fut une intervention de la déesse pour que les rats voraces puissent prétendre à la victoire finale.
Au final, les rats voraces furent les premiers à construire treize structures de graal en l’honneur de la déesse Asha. Le roi Toric était le symbole de cette réussite, mais sans ses nombreux sujets, il n’aurait jamais pu penser à obtenir le contrôle des terres enflammées.


Malgré tout, il reste encore ces deux semaines qui donnent encore de l’espoir aux concurrents, en particulier les archontes. Un complot se prépare-t-il ? Seules les heures à venir le diront. Une chose est sure : le temps presse. Plus le temps passe, moins de chances ils auront de faire basculer le sort en leur faveur.

Cependant, il faut savoir ne pas se précipiter pour se jeter dans un piège. Nul doute que Toric et ses rats ont préparé une défense digne de ce nom. Les rats sont d’ailleurs réputés pour leur hospitalité : ils ne mordent que là où ça fait mal !

Une page se tourne. La course aux graals s’achève… la guerre de quinze jours commence. La question que tout le monde se pose : aura-t-elle lieu ?

Les heures à venir nous le diront !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://les-rats-voraces.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chroniques des rats voraces sont arrivées !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chroniques des rats voraces sont arrivées !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les boutures sont arrivés à Québec
» Les oies sont arrivées chez moi!
» Les terroristes sont arrivés.... A L'AIDE....
» mes biquettes et oui elles sont arrivées youpiiiiiiiiiii....
» Elles sont arrivées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Rats Voraces :: Les chroniques :: MM:HK :: Les chroniques enflammées :: Une nouvelle ère-
Sauter vers: